Rapport WASDE – L’USDA table sur une abondante récolte mondiale de maïs – Tendance des marchés


Le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a relevé, vendredi, ses prévisions de récolte mondiale de maïs pour la campagne en cours, entraînant un décrochage des cours, au plus bas depuis trois ans.

 

L’USDA, dans la dernière édition de son rapport mensuel WASDE, voit désormais la production du grain jaune atteindre 947 millions de tonnes, contre 945 jusqu’ici.

Ce relèvement est principalement le fait d’un bond des estimations pour les Etats-Unis, dont la récolte a été réévaluée de 2,7 millions de tonnes.

Un rendement record de maïs US

Paradoxalement, le ministère américain a réduit de 242.000 hectares ses attentes de surfaces récoltées. Mais il table désormais sur un rendement record de 11,1 tonnes à l’hectare (+2% sur un an).

« C’est un peu une surprise », a commenté Gautier Le Molgat, PDG d’Argus Media. « On augmente de quasiment 3 millions de tonnes la production américaine. » Ce changement fait plus que compenser l’abaissement de 2 millions de tonnes des projections de production au Brésil. L’USDA anticipe ainsi un chiffre dégradé pour la seconde récolte, appelée Safrinha.

Cette seconde vague est le plus souvent plantée en rotation avec le soja.

Or beaucoup d’agriculteurs brésiliens ont dû retarder l’emblavement de l’oléagineux, du fait de la sécheresse, ce qui devrait pénaliser la Safrinha.

« Le maïs a pris un gros coup au menton », a réagi Jake Hanley, de Teucrium Trading.

Lire aussi article :  La nature pour refuge chez Georgia O’Keeffe, au Nouveau-Mexique

Dans la foulée de la publication du rapport, le cours du contrat de référence du maïs américain s’est replié jusqu’à 4,41 dollars le boisseau (environ 25 kg), une première depuis décembre 2020.

Autre élément négatif pour les cours, l’USDA a considérablement rehaussé son estimation de récolte chinoise, désormais supérieure de 11,8 millions de tonnes au chiffre publié en décembre.

Hausse de la production de maïs chinois

« Ce qui est étrange, c’est qu’ils n’ont pas révisé à la baisse les importations chinoises », a relevé Gautier Le Molgat.

Pour autant, même si la Chine produit quasi-exclusivement pour son marché intérieur, cette récolte abondante va sans doute « réduire, à terme, la demande de maïs américain », a fait valoir Jake Hanley.

« Il va falloir qu’aux Etats-Unis, le maïs gagne des parts de marché dans l’alimentation animale », selon Gautier Le Molgat.

Tout comme pour le maïs, mais dans de moindres proportions, l’USDA a rehaussé sa projection de rendement pour le soja américain, ce qui mènerait à une récolte supérieure de près d’un million de tonnes aux précédentes prévisions.

Avec l’amélioration des perspectives argentines (+2 millions de tonnes), consécutive à l’arrivée de précipitations abondantes, la réévaluation américaine permet de compenser la révision en baisse de la récolte brésilienne, amputée de 4 millions de tonnes.

Même s’il a bénéficié de pluies ces derniers jours sur les grandes régions de production, le Brésil n’en avait pas moins connu, précédemment, plusieurs mois de sécheresse.

Cette appréciation de la récolte américaine a jeté un froid sur les cours du soja américain, dont le contrat rapproché est tombé à un plancher plus observé depuis novembre 2021, 12,0575 dollars le boisseau (environ 27 kg).

Lire aussi article :  Versement des petites retraites des conjoints agricoles revalorisées

« Du soja à 12 dollars, cela reste cher, historiquement », a relativisé Gautier Le Molgat.

Un contexte « neutre » pour le blé

Quant au blé, le rapport WASDE a été « plutôt neutre », selon lui. Les seuls faits notables sont un relèvement des estimations de production et d’exportations de l’Ukraine et la Russie, couplée à une augmentation de la consommation animale en Europe.

Pour Gautier Le Molgat, la hausse de 1,5 million de tonnes de la prévision d’exportations de blé de l’Ukraine indique que le nouveau corridor mis en place après l’arrêt d’un premier couloir, en juillet 2023, permet au pays d’écouler des quantités significatives de grains.





Source link