Mobilisation des agriculteurs – Tracteurs et agriculteurs en colère devant le Parlement européen – Politique et syndicats


Une vingtaine de tracteurs et des dizaines d’agriculteurs ont manifesté mardi devant le Parlement européen à Strasbourg pour interpeller les eurodéputés réunis en session plénière.

Deux manifestations distinctes étaient organisées : l’une de la Coordination rurale, pour dénoncer l’importation de produits qui ne sont pas soumis aux mêmes normes qu’en France, et l’autre de la Confédération paysanne opposée aux « Nouveaux OGM ».

« On manifeste ici pour rencontrer les parlementaires européens, pour leur dire d’arrêter l’importation de produits qui ne respectent pas les normes qu’on nous impose. Dans le poulet ukrainien par exemple, il y a des antibiotiques qui sont interdits chez nous », a déclaré à l’AFP Germain Krantz, agriculteur à Rangen (Bas-Rhin), qui dénonce une « distorsion de concurrence ». Ce membre de la Coordination rurale s’oppose également aux obligations de jachères des terres dans l’UE et déplore la « paperasse » sous laquelle il dit « crouler ».

« Tout ce qu’on demande c’est de pouvoir vivre de notre métier », a témoigné Marie-Paule Boehler, 43 ans, qui dit se dégager « 500 euros tous les deux mois » et dépendre financièrement de son mari. « Ils ne s’en rendent pas compte ces gens-là parce qu’ils touchent leurs salaires chaque mois », ajoute-t-elle en désignant le Parlement européen.

A quelques mètres de là, une autre manifestation réunissait des membres de la Confédération paysanne et de 12 organisations écologistes telles que Greenpeace, Les Amis de la terre ou Générations futures. Ces militants venus de toute la France, certains déguisés en abeilles ou en vaches, demandent aux députés européens de rejeter la proposition de la Commission européenne d’assouplissement des règles sur les « nouvelles techniques génomiques » (NGT), visant à développer des variétés végétales résistantes aux aléas climatiques ou aux insectes.

Lire aussi article :  les «Dalton», spécialisés dans les rodéos urbains, continuent leurs provocations

A la veille d’un vote des eurodéputés sur cette proposition, Sylvie Colas, secrétaire nationale de la Confédération paysanne s’inquiète qu’il n’y ait ni évaluation, ni traçabilité ni étiquetage de ces « nouveaux OGM », redoutant une contamination de l’agriculture biologique et une « uniformisation » des cultures.

« Voter pour ce texte c’est aller contre le droit des citoyens à choisir leur alimentation, c’est tuer la filière biologique, la culture paysanne, en supprimant la diversité de productions et c’est développer les pesticides et les engrais azotés », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Face à la colère du monde agricole, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a enterré mardi un projet législatif visant à réduire l’usage des pesticides.

Dans un geste envers les agriculteurs, la Commission avait déjà proposé la semaine dernière une dérogation partielle aux obligations de jachères et une limitation des importations ukrainiennes, tout en promettant de « simplifier » la Politique agricole commune (PAC).





Source link