5 questions sur une finale pour des Bleus qui rêvent de reconquête


Enjeux, états de forme, record … Retrouvez toutes les dernières informations avant la finale de Ligue des Nations entre la France et l’Espagne prévue ce dimanche soir.

Envoyé spécial à Milan

Où et comment suivre France-Espagne ?
Affiche de gala dans le mythique Giuseppe-Meazza, appelé plus communément stade San Siro de Milan ce dimanche soir. Devant les caméras de M6 (20h45), les Bleus et la Roja en découdront pour s’offrir le gain de la Ligue des Nations, trophée jamais remporté par ces deux nations et toujours détenu encore quelques heures par le Portugal. En raison du contexte Covid, la capacité de l’enceinte milanaise, qui peut accueillir habituellement 80.000 spectateurs, est réduite à 50%, ce qui permettra à 40.000 personnes d’assister à cette rencontre. Un rendez-vous à suivre aussi sur notre site du Figaro avec le live commenté de notre journaliste Teddy Vadeevaloo dès 19h45 et les informations sur place de notre envoyé spécial Baptiste Desprez.

Gagner la Ligue des Nations, ça rapporte quoi ?
Du prestige, de la confiance, de l’argent et des points au classement Fifa. Pas mal pour une compétition que le grand public découvre à peine et pour laquelle il ne comprend pas grand-chose. Sans commune mesure avec une Coupe du monde ou un Euro, la Ligue des Nations, créée en 2018 et qui se déroule tous les deux ans, a l’avantage de proposer des affiches un peu plus sexy et les habituels matches amicaux intercalés entre les championnats domestiques et les Coupes d’Europe. Preuve en est du pedigree de la finale entre Français et Espagnols dimanche soir. Voilà pour le prestige. À un an du Mondial au Qatar (21 novembre-18 décembre), le vainqueur de ce match engrangera un capital confiance conséquent pour arriver fin 2022 dans la peau d’un des favoris. Après l’échec de l’Euro cet été, l’équipe de France validerait une séquence forte en dominant coup sur coup la Belgique et l’Espagne. Hors terrain, le gain de cette compétition rapporterait de l’argent dans les caisses des fédérations avec un total de 10,5 millions d’euros pour le vainqueur et 9M€ pour le finaliste. Un petit pactole intéressant en temps de Covid. Enfin, du côté du classement Fifa, dominé par les Diables Rouges depuis trois ans et dans lequel la France peut se hisser à la 3e place en cas de victoire dimanche soir, cette Ligue des Nations offre autant de points que les qualifications à un Mondial ou un Euro.

Lire aussi article :  Nouveau ''Pokémon Presents'' demain à 15h00
Antoine Griezmann sur la pelouse de San Siro samedi soir. FRANCK FIFE / AFP

Quelle équipe Didier Deschamps alignera-t-il contre la Roja ?
Les Bleus de nouveau en 3-4-3 dimanche soir ? La tendance reste au maintien de ce système de jeu pour «DD» face à la Roja, une sélection qui proposera un combat d’un tout autre acabit que les Diables Rouges. Notamment sur la question de la possession du ballon. «Ce système de jeu offre des avantages et des inconvénients, tout est possible», a seulement consenti à déclarer le sélectionneur lors d’un point presse où le sujet du dispositif tactique a été plusieurs fois abordé, signe d’un flou existant. Si les Bleus repartent en 3-4-3, Didier Deschamps pourrait décider de reconduire le même onze de départ aligné jeudi soir à Turin face à la première nation mondiale, en dehors d’Adrien Rabiot, positif au Covid-19 et forfait, remplacé par Aurélien Tchouaméni. Le Monégasque sera associé à Paul Pogba dans un secteur de jeu qui sera soumis à rude épreuve par les Espagnols. En défense, le trio L. Hernandez-Varane-Koundé devrait à nouveau être aligné, avec T. Hernandez et Pavard sur les côtés. À moins que Presnel Kimpembe, remplaçant en demi-finale, ne vienne modifier les plans. En attaque, aucun doute sur la présence du trio Griezmann (qui fêtera sa 100e sélection), Benzema et Mbappé.

Lire aussi article :  Via le site web ou sur Farming Simulator, une édition doublement virtuelle

Quel est le niveau de l’Espagne ?
Excellent. Pour certains observateurs, la Roja, emmenée par Luis Enrique, développe sans doute le plus beau jeu d’Europe en termes de qualité et de spectacle. Demi-finaliste de l’Euro en juillet dernier, seulement battus aux tirs au but par l’Italie dans un rendez-vous qu’ils avaient dominé, les Espagnols retrouvent de leur splendeur avec un jeu qui leur est toujours singulier. Face aux Bleus, l’Espagne comptera aussi sur sa jeunesse triomphante, à l’image de Ferran Torres (21 ans, déjà 12 buts au compteur et auteur d’un doublé contre le futur champion d’Europe) ou du dernier nommé, Gavi, 17 ans et qui a éteint Marco Verratti mercredi soir en demi-finale de la Ligue des Nations. Bien entendu, Luis Enrique compte aussi sur ses cadres que sont Koke, César Azpilicueta ou encore Sergio Busquets pour répondre au défi proposé par les champions du monde. C’est une nation ibérique en confiance, sûre de son jeu et de sa force qui se présente devant les Bleus ce dimanche soir. « On devra jouer avec nos idées et nos armes et même si Benzema, Mbappé et Griezmann sont de grands joueurs, nous ne devons avoir peur de personne », lâche Mikel Oyarzabal l’ailier de la Real Sociedad. Le décor est planté.

Antoine Griezmann va fêter sa 100e sélection en équipe de France, qui rejoint-il dans ce cercle très fermé ?
Signe d’une longévité exceptionnelle, le natif de Mâcon sera dimanche soir face à l’Espagne le neuvième centenaire en équipe de France. Un chiffre symbolique qui témoigne du temps qui passe et de la carrière d’Antoine Griezmann avec la sélection. Depuis sa première cape en mars 2014 face au Pays-Bas, le numéro 7 des Bleus a inscrit 41 buts, ce qui le place à dix unités de Thierry Henry, meilleur buteur de l’histoire de la sélection. « C’est beaucoup et peu à la fois, souriait-il samedi soir à Turin. Je n’en fais pas un objectif, il faut y aller mollo. » Avec 100 sélections, « Grizou » laisse derrière lui des sommités comme Laurent Blanc, Bixente Lizarazu ou Fabien Barthez et entrevoit désormais … Didier Deschamps, qui en compte 103. L’attaquant de l’Atlético Madrid, 30 ans, peut espérer dépasser dans les mois à venir Patrick Vieira (107), Zinédine Zidane (108) ou Olivier Giroud (110) si ce dernier n’est plus rappelé par « DD ». Tout en haut de ce classement figure toujours Lilian Thuram avec 142 sélections, chassé par un certain Hugo Lloris, qui en comptera 134 dimanche soir.

Lire aussi article :  À 20 heures, #OnApplaudit

À voir aussi – Les Bleus sans Giroud ni Mandanda pour la Ligue des nations



Source link