Les 10 plus beaux musées cachés à visiter à Paris


Bien sûr, il y a les grands incontournables et leurs innombrables trésors, du Louvre à Orsay en passant par le Centre Pompidou ; mais la capitale regorge aussi de lieux confidentiels tout aussi exceptionnels !

Du musée Gustave-Moreau au musée d’Ennery, en passant par l’improbable musée des Moulages de l’hôpital Saint-Louis et le musée du Parfum, Beaux Arts vous emmène en vadrouille hors des sentiers battus, à la découverte des musées parisiens les plus méconnus.

1. Le musée Gustave-Moreau, une merveille symboliste

L’atelier du deuxième étage et l’impressionnant escalier en colimaçon de la Maison Gustave Moreau à Paris

L’atelier du deuxième étage et l’impressionnant escalier en colimaçon de la Maison Gustave Moreau à Paris

i

© Alamy / Hemis / Bertrand Gardel

On pourrait passer devant le pas de sa porte sans s’en apercevoir. Dans le quartier de la Nouvelle Athènes, rue de la Rochefoucauld, se dresse la merveilleuse demeure du peintre Gustave Moreau (1826–1898), transformée, selon ses dernières volontés, en musée. À l’intérieur, rien ou presque n’a changé depuis son ouverture au public en 1903. Des toutes petites salles du rez-de-chaussée aux pièces de vie de l’artiste (laissées intactes !) en passant par l’atelier, on s’immisce dans l’intimité du maître du symbolisme au son du parquet qui craque. Ses plus beaux chefs-d’œuvre, tels que L’Apparition (1876), Jupiter et Sémélé (1895) ou les Prétendants (1852–1882) y sont présentés, accrochés à touche-touche selon le goût du XIXe siècle. Clou du spectacle : le fabuleux escalier en colimaçon qui parfait cette envoûtante immersion dans l’esprit fin-de-siècle.

Arrow

Musée Gustave Moreau

2. Le musée des Arts forains, de la joie pour petits et grands

Salle du Théâtre du Merveilleux

Salle du Théâtre du Merveilleux

i

Sa récente mise en lumière dans la série Emily in Paris a sans doute permis d’accroître sa popularité – or, jusque-là, combien savaient qu’au cœur des anciens chais du quartier de Bercy se niche l’un des musées les plus insolites de Paris : le musée des Arts forains ! Impossible de ne pas s’émerveiller dans ce décor digne d’une fête foraine de la Belle Époque, qui rassemble des manèges et des attractions pour certaines plus que centenaires ! En famille ou entre amis, on se laisse prendre au jeu de cette visite pleine de surprises (sur réservation uniquement), entre manège de vélocipèdes, course de garçons de café et chevaux de bois. Un formidable voyage dans le temps, qui ravira les petits comme les grands enfants.

3. Le musée des Moulages de l’hôpital Saint-Louis : de très beaux bobos !

Vitrines du musée des moulages de l’hôpital Saint-Louis

Vitrines du musée des moulages de l’hôpital Saint-Louis

i

© musée des moulages, Hôpital Saint-Louis, AP-HP

Âmes sensibles, s’abstenir ! Quoique, il serait bien dommage de se priver d’une visite dans cet incroyable musée – le plus improbable, sans doute, de la capitale ! Inauguré en 1889 à l’occasion de l’Exposition universelle, le musée des Moulages de l’hôpital Saint-Louis abrite près de 5 000 cires médicales représentant les grandes affections dermatologiques de l’époque, telles que la syphilis, le lupus, la lèpre, l’herpès… Toutes sont présentées dans des vitrines, comme dans un musée d’histoire naturelle ! Outre le caractère totalement insolite de la visite, qui s’effectue uniquement sur rendez-vous, on découvre le talent de trois « mouleurs » : Jules Baretta, à l’origine du musée, Louis Niclet et Stephan Littre, à qui l’on doit le dernier moulage, réalisé en 1954. Classée aux monuments historiques en 1992, cette étonnante collection offre une inoubliable plongée dans l’histoire de la médecine

Arrow

Musée des Moulages

4. Le musée du Parfum, une visite qui ne manque pas de flair

Détail de la vitrine « L’essor de la parfumerie au XIXe siècle » au musée du parfum Fragonard

Détail de la vitrine « L’essor de la parfumerie au XIXe siècle » au musée du parfum Fragonard

i

© Musée du parfum Fragonard

Le saviez-vous ? Dans le quartier ultra-touristique de l’Opéra se cache un tout petit musée aux trésors insoupçonnés : le musée du Parfum. La visite (gratuite !) commence par une découverte de toutes les étapes nécessaires à la fabrication du parfum : cueillette, extraction, distillation, formulation, industrialisation, flaconnage… Sans oublier les mystères du fascinant métier de nez. Elle se poursuit et s’achève par la présentation de sa remarquable collection de flacons – un ensemble unique au monde parmi lequel figure de véritables joyaux, tels un vase à Kohol mésopotamien (vers 3 000 av. J.-C.) ou un élégant flacon-bague (XIXe siècle) : une superbe découverte !

Arrow

Musée du Parfum Fragonard

5. Le musée Jean-Jacques Henner, à la découverte d’un peintre (trop) méconnu

Musée Jean-Jacques Henner, Salon Rouge

Musée Jean-Jacques Henner, Salon Rouge

i

Joyau méconnu de la capitale, le musée Jean-Jacques Henner est, comme son nom l’indique, consacré à l’œuvre de ce peintre singulier du XIXe siècle (1829–1905) d’origine alsacienne, aujourd’hui (et c’est dommage) un peu oublié. Tout commence en 1921, lorsque Marie Henner, la veuve du neveu de l’artiste, achète ce somptueux hôtel particulier de la Plaine-Monceau, ancienne demeure et atelier du peintre Guillaume Dubufe. Après d’importants travaux, elle y installe les œuvres de son oncle, dont elle a fait don à l’État. Dans ce magnifique écrin, merveille d’architecture de la Troisième République, sont exposées les œuvres emblématiques de Jean-Jacques Henner, à commencer par L’Alsace. Elle attend (1871) ou La Liseuse (1883) — de toute beauté !

6. Le musée Zadkine, une charmante parenthèse bucolique

Le musée Zadkine aménagé dans la maison atelier qu’Ossip Zadkine occupa de 1928 à 1967

Le musée Zadkine aménagé dans la maison atelier qu’Ossip Zadkine occupa de 1928 à 1967

i

© Bertrand Gardel / hémis

Sculpteur emblématique de l’École de Paris, originaire de Biélorussie, Ossip Zadkine (1888–1967) s’installe en 1928 dans cette petite maison située aux abords du jardin du Luxembourg. Doté d’un jardin verdoyant, véritable petit coin de campagne en plein cœur de Paris, l’endroit abrite aujourd’hui un musée consacré à l’œuvre de l’artiste, ainsi que des expositions temporaires. Comme une parenthèse hors du temps, la visite de ce lieu confidentiel permet de s’approcher au plus près des œuvres de ce maître de la taille directe, qui travaillait, fait rare pour l’époque, presque exclusivement au burin. Si le musée est ouvert toute l’année, la visite est d’autant plus belle au printemps !

Gratuit • Ouvert tous les jours, sauf lundi, de 10 h à 18 h

7. Le musée Cernuschi : tout le raffinement de l’Extrême-Orient

Le musée Cernuschi, musée des Arts de l’Asie

Le musée Cernuschi, musée des Arts de l’Asie

i

© Bertrand Gardel / hémis

Amateurs d’arts asiatiques, vous connaissez certainement le musée Guimet. Avez-vous cependant déjà poussé la porte du musée Cernuschi ? Sis dans un très bel hôtel particulier de la Plaine-Monceau, il abrite les trésors du financier Henri Cernuschi (1821–1896) qui, au XIXe siècle, a fait don à la ville de Paris de sa fabuleuse collection. Du Japon au Vietnam en passant par la Corée et bien sûr la Chine, on embarque pour un voyage immobile à la découverte des arts délicats de l’Extrême-Orient. Point d’orgue de la visite : un grand Bouddha du Japon juché sur un piédestal en forme de lotus — dépaysement garanti !

8. Le musée de Minéralogie : tous les secrets des pierres

Le musée de minéralogie de l’école des Mines Paris Tech

Le musée de minéralogie de l’école des Mines Paris Tech

i

© Bertrand Gardel / hémis

C’est sans doute le secret le mieux gardé de Paris. Situé au cœur du Quartier latin, le musée de Minéralogie de l’école des Mines est le grand oublié des guides touristiques. Dommage, car son extraordinaire collection, riche de plus de 100 000 échantillons de minéraux (dont 4 000 sont exposés de façon permanente dans des vitrines), vaut largement une, voire plusieurs visites ! Créé en 1794 (un an après le Muséum d’Histoire naturelle), il est installé dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, l’hôtel Vendôme, aux merveilleux décors peints et autres boiseries. Gemmes provenant des joyaux de la Couronne, météorites et même fragment de pierre de Lune… On en prend plein les yeux !

Arrow

Musée de Minéralogie

La dernière entrée est possible une heure avant la fermeture du musée.

– MARDI : 10h – 12h et 13h30 – 18h

– MERCREDI, JEUDI ET VENDREDI : 13h30 – 18h

– SAMEDI : 10h – 12h30 et 14h-17h

– Fermé les jours fériés, les dimanches et lundis

9. Le musée d’Ennery : aller simple pour l’Asie

Vue des salles du musée d’Ennery

Vue des salles du musée d’Ennery

i

© MNAAG Paris / Photo Vincent Leroux

Vous n’avez pas encore entendu parler du musée d’Ennery ? C’est normal : cet étonnant musée caché, annexe du musée Guimet, n’a ouvert ses portes au public que récemment. Entre les murs d’un magnifique hôtel particulier de l’avenue Foch resplendit la collection d’une certaine Clémence Desgrange (1823–1898), passionnée d’arts asiatiques, qui s’est entourée de plus de 7 000 objets provenant de la Chine et du Japon. Présentés dans de somptueuses vitrines réhaussées de bois sculptés, ses trésors se dévoilent lors de visites guidées gratuites chaque samedi matin, accessibles à tous sur réservation : un fabuleux cabinet de curiosités !

10. Le musée d’Histoire de la médecine : visite à prescrire d’urgence !

Musée d’histoire de la médecine

Musée d’histoire de la médecine

i

© Bertrand Gardel / hémis

Longtemps, il n’a été accessible qu’aux professeurs et étudiants de la Faculté de médecine : c’est ce qui explique sans doute pourquoi aujourd’hui, alors qu’il est accessible à tous, le musée d’Histoire de la médecine demeure largement méconnu. C’est au cœur du siège de l’Université Paris-Cité, dans une majestueuse salle construite en 1905, que se déploient ses collections, qui figurent parmi les plus anciennes d’Europe. Instruments de chirurgie (dont certains datent du XVe siècle), prothèses, dentiers en porcelaine, sans oublier les fameux « écorchés » : une visite passionnante !

Arrow

Musée d’histoire de la Médecine



Source link