Gestion de l’eau – Report d’une « initiative pour la résilience de l’eau » dans l’UE – Politique et syndicats, Météo et Aléas climatiques


Une feuille de route sur la gestion de l’eau dans l’UE face aux pollutions et risques climatiques, prévue initialement mi-mars et susceptible de concerner les agriculteurs, a été retirée de l’agenda de la Commission européenne, suscitant l’indignation d’ONG environnementales.

Ce texte, non contraignant, devait dresser l’état des lieux du cycle de l’eau (nappes phréatiques, rivières, consommation, retraitement…) et des outils pour combattre les sources de pollution et s’adapter aux effets du changement climatique (sécheresses, inondations…). Prévue le 12 mars dans les agendas précédents de l’exécutif européen, l’« initiative pour la résilience de l’eau », a disparu du calendrier actualisé mis en ligne cette semaine.

« Effectivement, ce point n’est pas repris » dans l’agenda, qui reste toutefois « un document indicatif », a commenté jeudi un porte-parole de la Commission, rappelant que les commissaires étaient responsables des priorités choisies.

Dans un communiqué commun, des ONG ont condamné vendredi une décision « irresponsable » qui « n’empêchera pas les Européens de subir l’impact catastrophique des sécheresses et inondations » après un été 2023 qui s’est avéré « le plus chaud jamais enregistré ». « Je suis consternée (…) ça n’a absolument aucun sens et ne peut avoir pour but que des gains politiques avant les élections » européennes de juin, a estimé Claire Baffert, du WWF, dénonçant « un coût immense pour les communautés, les agriculteurs et la nature ». « Incompréhensible (…) Renforcer la résilience hydrique grâce à des écosystèmes d’eau douce sains est essentiel pour fournir de l’eau à nos cultures et au bétail et garantir notre approvisionnement en eau potable à long terme », a abondé Sergiy Moroz, de l’European Environmental Bureau.

Lire aussi article :  Pourquoi créer votre propre blog ?

Fin 2022, un projet de révision de la législation sur les produits chimiques avait lui aussi disparu du calendrier de travail de Bruxelles d’ici aux élections, tout comme un texte ciblant les conditions de bien-être animal dans l’élevage.

Ce nouveau report intervient sur fond de critiques croissantes contre le « Pacte vert » et de colère des agriculteurs, avec d’importantes manifestations à travers l’Union européenne depuis janvier. Ce qui a déjà poussé Bruxelles à accorder plusieurs concessions au secteur, dont une exemption sur les obligations de jachères et des contrôles durcis sur les importations ukrainiennes.

Dans son initiative sur l’eau finalement déprogrammée, la Commission n’aurait pas pu faire l’impasse sur l’agriculture, qui accapare selon les années jusqu’à 60 % de l’usage d’eau douce dans l’UE, selon l’Agence européenne de l’environnement, tout en étant une source majeure de pollution (nitrates, phosphore…).



Source link