Un cypherpunk sur “No Crypto” de Nastasia Hadjadji






Le manifeste crypto-anarchiste commence par : « Un spectre hante le monde moderne, le spectre du crypto-anarchisme. » Ceci vous parait-il d’extrême droite ?

Les camarades ont facilement reconnu cette référence au manifeste du parti communiste. Figurez-vous que les cypherpunks sont issus de ce courant de pensée, le crypto-anarchisme.

La communauté cryptomonétaire française a éclaté de rire à la publication du livre de Nastasia. Les boutades sur le classement dans la case extrême-droite-réactionnaire-nauséabonde-des-heures-sombres-de-notre-histoire vont bon train. Les communistes et les libertariens qui commercent entre eux avec des bitcoins, dans la paix la plus totale, dégustent, une fois de plus, leur traditionnel popcorn virtuel en voyant le monde politico-médiatique se démener pour diaboliser Bitcoin.

Nastasia critique les soubassements idéologiques des cryptoactifs, loin de l’image cool et inclusive prônée. Et c’est normal, elle est spécialisée dans l’économie du numérique et dans la critique des technologies. Crypto colonialisme, inclusion prédatrice, ou encore « cheval de Troie pour la pensée identitaire » ; matrice politique réactionnaire, marketing et promesses d’inclusion, le Salvador, le FMI, tout y passe, tous les poncifs possible imaginable, c’est presque exhaustif. Le bitcoiner n’est même pas surpris.

Article de Julien Guitton à lire sur https://medium.com/@weedcoder/un-cypherpunk-sur-no-crypto-de-nastasia-hadjadji-a9d1424f2e76










Source link

Lire aussi article :  5 millions pour Devil May Cry 5