Trois questions à un sociologue – Enseignement agricole et transition écologique : « une réception difficile »


Réforme des diplômes, conversion des exploitations agricoles à des pratiques plus durables, interdiction progressive du glyphosate : l’enseignement agricole a entamé sa transition écologique ces dernières années mais des freins persistent, selon le sociologue Joachim Benet Rivière.

Selon les établissements – publics, privés ou associatifs -, les exigences en matière de transition ne sont pas les mêmes, explique le chercheur postdoctoral à l’Ecole nationale supérieure de formation de l’enseignement agricole (ENSFEA).

Malgré des évolutions récentes dans les programmes communs, la transition écologique peine à s’y implanter face aux pratiques traditionnelles ou familiales.

Et les obligations de conversion des exploitations (à l’agriculture biologique ou à Haute valeur environnementale, HVE) et d’interdiction du glyphosate concernent surtout les exploitation accolées aux lycées publics.

Quel est le positionnement des élèves de l’enseignement agricole sur la transition écologique ? 

Joachim Benet Rivière : « On observe que ce sont plutôt les élèves qui sont d’origine non agricole qui se disent favorables à la transition agroécologique tandis que les élèves d’origine agricole y sont plus réticents, voire hostiles.

Les étudiants dans les formations supérieures et formations pour adultes y sont plus favorables, notamment dans les brevets professionnels, ouverts aux personnes en reconversion. Ces dernières sont souvent d’origine non agricole et cherchent à s’installer dans le bio. Il y a d’ailleurs plus de formations spécialisées en agriculture biologique dans le supérieur. On observe une opposition avec l’enseignement agricole technique, le bac pro, qui forme majoritairement des garçons d’origine agricole.

Enfin, les filles sont plus souvent favorables à l’agroécologie car elles sont plus souvent issues de milieux non agricoles. Elles sont en avance par rapport aux lycées agricoles sur la question du bien-être animal, qui peut cristalliser des tensions. Mais elles sont minoritaires dans les formations techniques.

Lire aussi article :  Conte de fées 2.0 | Beaux Arts

De plus, les formations techniques sont maintenant minoritaires dans l’enseignement agricole par rapport aux filières dédiées aux services à la personne en milieu rural et à l’aménagement paysager. C’est aussi un lieu d’accueil d’élèves en difficulté scolaire. »

Comment ont évolué les formations ?

Joachim Benet Rivière : « Il y a des changements dans les lycées agricoles, même s’ils ne sont pas spécialisés en agriculture biologique. Les enseignants doivent proposer aux élèves des pratiques différentes (agriculture conventionnelle, raisonnée ou biologique).

Il y a une intégration effective des pratiques et des techniques qui visent à réduire l’utilisation d’intrants chimiques. L’idée c’est de ne pas imposer de pratiques aux élèves qui doivent ensuite se faire leur propre avis.

Par contre, le modèle d’agriculture le plus légitime reste souvent celui qu’ils connaissent, via leur famille. »

Quels sont les freins à l’installation des enjeux de transition dans l’enseignement agricole ? 

Joachim Benet Rivière : « Il y a des changements du point de vue politique mais la réception est difficile y compris chez les enseignants. Quand on a été socialisé dans un milieu conventionnel, on va moins favoriser les pratiques d’agriculture biologique.

Il faut faire attention à ne pas tomber dans le discours « les agriculteurs sont en retard, ils ne veulent pas évoluer ». Il y a aussi un poids du syndicalisme dominant, de l’industrie agrochimique, un lobby économique et politique qui est encore plutôt hostile à l’agriculture biologique.

Le terme de transition agroécologique, souvent repris par le ministère, est aussi à interroger. On ne sait pas si ça veut dire zéro pesticide ou si c’est HVE (haute valeur environnementale), un modèle qui ne remet pas en question leur usage » (les exploitations des lycées doivent se convertir d’ici 2025 soit au bio soit être certifiées HVE, NDLR).

Lire aussi article :  Replay : Extraits de la seconde édition de la Bitcoinference



Source link