Où voir les plus belles églises peintes de France ?


Si l’on connaît bien les églises ornées de tableaux, le plus bel exemple étant à notre goût celui de La Lutte de Jacob avec l’Ange d’Eugène Delacroix à Saint-Sulpice, à Paris, les fresques sont nettement moins célèbres… Un manque à réparer d’urgence !

Dans la Vienne, la Creuse ou le Bourbonnais… Nombreuses sont les églises à abriter des pépites picturales, peintes à même le mur, par des artistes anonymes de l’époque romane puis gothique, et même par des plasticiens contemporains. Suivez le guide…

Dans la Vienne, l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Peinture murale sur la voûte de la nef de l’abbatiale Saint-Savin-sur-Gartempe

Peinture murale sur la voûte de la nef de l’abbatiale Saint-Savin-sur-Gartempe

i

© Momentum Productions / Mickael Planes

Elle est « la chapelle Sixtine du Moyen Âge français », disait sans craindre d’exagérer l’historien de l’art Henri Focillon (1881–1943). Située à une petite heure de Poitiers, en bordure de la Gartempe, l’abbaye de Saint-Savin est surtout remarquable pour son église, et le superbe ensemble de peintures romanes qu’elle conserve. Celle-ci doit son existence au don que fit pour son salut Aumode, comtesse du Poitou et d’Aquitaine et qui permit sa construction tout au long du XIe siècle. Classé monument historique depuis 1840, l’église impressionne par l’usage subtil d’une palette restreinte de couleurs (nuances d’ocre, rouge, vert), par sa richesse décorative (colonnes décorées de faux marbre) et par la grâce de ses fresques illustrant des scènes de l’Ancien Testament ; au vu de la cohérence de l’ensemble, un seul atelier pourrait avoir exécuté l’ensemble des peintures en un temps relativement court…

Arrow

Abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Au centre de la France, la Route des églises peintes du Bourbonnais

Christ dans sa mandorle, les quatre évangélistes, anges musiciens et saints du chœur dans l’abside

Christ dans sa mandorle, les quatre évangélistes, anges musiciens et saints du chœur dans l’abside

i

© Jaubert French Collection / Alamy / Hemis

Créée en 2005, une association implantée à Jenzat, dans l’Allier, tâche depuis une douzaine d’années de faire mieux connaître les églises peintes du Bourbonnais, par la mise en place d’une « Route » bien identifiée et l’organisation de visites et autres activités familiales. Grâce à leur dynamisme, 24 édifices romans et gothiques reçoivent de plus en plus de touristes, venus découvrir des peintures murales datées du XIe au XVIe siècle. Parmi les plus marquantes, l’église Saint-Pierre de Châteloy, construite au XIIe siècle, présente un très riche décor, où l’on reconnaîtra différents anges musiciens, un Christ en majesté doté d’une superbe barbe blanche (probablement due à des restaurations hasardeuses !), un Saint-Michel terrassant le dragon, d’élégantes décorations florales et, surtout, le martyre de Saint-Principin, lisible en six tableaux.

À Albi, la cathédrale Sainte-Cécile

La cathédrale Sainte-Cécile, Albi

La cathédrale Sainte-Cécile, Albi

i

© Franck Guiziou / hémis

Emblématique du gothique méridional, courant d’architecture reconnaissable à son austère sobriété, la cathédrale d’Albi voit sa construction débuter en 1282. Ses dimensions sont notables : c’est aujourd’hui la plus grande cathédrale en briques au monde. Pour autant, ses lignes restent simples, autoritaires. L’idée ? Encourager les fidèles à ne pas détourner leur attention de la parole divine. Jusqu’au XVIe siècle du moins, puisque de 1509 à 1512, les voûtes se couvrent de sublimes fresques. C’est Louis II d’Amboise, nommé évêque d’Albi en 1503, et dont le frère est un fin connaisseur d’art, qui a l’initiative de faire venir des peintres d’Italie du Nord (on retrouve neuf signatures différentes dans les recoins de l’édifice). Sur un fond d’un bleu profond, se déploient des arabesques, des candélabres, des scènes pastorales… De quoi perdre la tête (et ne plus écouter le prêtre !).

Arrow

Cathédrale Sainte-Cécile

Dans le Cher, l’église Saint-Aignan de Brinay

Dans le chœur, les fresques représentent les événements essentiels de la vie de Jésus avant la Passion

Dans le chœur, les fresques représentent les événements essentiels de la vie de Jésus avant la Passion

i

© Hervé Lenain / hémis

Depuis l’extérieur, rien à dire. On passerait devant sans un regard… Pourtant, l’église Saint-Aignan est l’écrin discret de superbes peintures romanes, longtemps dissimulées aux regards avant leur redécouverte en 1912 par un certain André Humbert. L’homme, perspicace membre de l’Institut de France venu en vacances dans le coin, a réussi à déceler les peintures historiques sous trois couches d’enduit ! Concentrées dans une chapelle construite au XIe siècle, celles-ci dateraient pour l’essentiel du siècle suivant. Comme à Saint-Savin-sur-Gartempe, la palette se contente de quelques teintes ocre, rouge et verte pour évoquer des épisodes de la vie de Jésus, telle que la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple ou les Noces de Cana. On admirera également l’intérieur de l’arche qui introduit la chapelle, couvert de douze tableaux illustrant les douze mois de l’année par les travaux quotidiens du Moyen Âge : on y voit des hommes se réchauffer au coin d’un feu (février), moissonner la terre (juillet), écraser le raisin pour faire du vin (septembre)…

À Roubaix, l’église Saint-Joseph

L’église Saint-Joseph, Roubaix

L’église Saint-Joseph, Roubaix

i

© Stéphane Compoint / Only France / Afp

Elle est comme neuve ! En 2021, l’église Saint-Joseph est sortie de cinq années d’intenses travaux de restauration, pour un résultat qui mérite bien un voyage jusque dans le Nord. Inaugurée en 1878 et destinée aux nombreux ouvriers qui travaillent dans les alentours du quartier de l’Alma, l’église confie ses décors au peintre hollandais Guillaume Beumens, qui y travaille durant près de trente ans. L’artiste s’attache à représenter différents personnages de l’Ancien Testament, une procession de saints, des scènes de la Bible… Les ouvriers ne sont pas oubliés, puisqu’il réussit à glisser des cheminées d’usines dans ses paysages !

Arrow

Église Saint-Joseph – Roubaix

Dans la Creuse, l’église Saint-Thomas de Sous-Parsat

Peintures réalisée par Gabriel Chabrat à l’église de Sous Parsat

Peintures réalisée par Gabriel Chabrat à l’église de Sous Parsat

i

© Franck Guiziou / hémis

Changement de décor, changement d’époque. À Sous-Parsat, tout petit village du deuxième département le moins peuplé de France, une indifférente église du XIXe siècle réserve une surprise de taille aux audacieux qui pousseraient sa porte : ses murs sont couverts de fresques bariolées, rythmées de bleu électrique, de jaune flamboyant et de rouge intense, qui font de chaque prière un spectacle des plus retentissants. Les peintures ont été réalisées entre 1986 et 1995 par un habitant du village, Gabriel Chabrat (né en 1936), artiste et professeur d’arts plastiques dans une commune voisine. Leurs couleurs contrastées et leurs lignes lyriques rappellent le style très expressif des tapisseries du Chant du monde de Jean Lurçat (d’ailleurs le peintre a eu l’occasion de collaborer avec les ateliers d’Aubusson pour des projets de tapisseries). Un monument détonnant !

En Charente-Maritime, l’église Sainte-Madeleine de Châtelaillon-Plage

Panorama des fresque d’Amaury Dubois dans l’église Sainte-Madeleine de Châtelaillon-Plage

Panorama des fresque d’Amaury Dubois dans l’église Sainte-Madeleine de Châtelaillon-Plage

i

Photo Sébastien Pouillard / Châtel Beach

C’est le plus grand projet de sa carrière : au début de l’année 2020, le peintre lillois Amaury Dubois (né en 1980) a été convié par le maire de la commune de Châtelaillon-Plage à recouvrir les murs de l’église Sainte-Madeleine d’une création à l’échelle de l’édifice, dans le cadre de sa restauration globale. La fresque de 600 mètres carrés, qui a nécessité deux mois et demi d’immersion complète, décline des motifs abstraits aux couleurs dégradés, réalisés au pinceau et à la bombe aérosol. Désormais coutumier de l’exercice, Amaury Dubois s’est également emparé de l’église Saint-Godard de Rouen, pour laquelle il a réalisé une animation virtuelle en video mapping, et de l’église Saint-Pierre de Calais, où il s’est replongé en 2022 dans l’exercice de la fresque monumentale pour investir le narthex, écrin architectural situé entre le parvis et la nef. L’art religieux d’aujourd’hui n’a pas dit son dernier mot !

Arrow

Église Sainte-Madeleine de Châtelaillon-Plage



Source link