Néonicotinoïdes – Cristal Union achètera plus cher les betteraves pour soutenir les producteurs


Le sucrier Cristal Union va augmenter d’environ 12% le prix d’achat de la tonne de betteraves en 2023 pour inciter les agriculteurs à en planter en dépit de la fin des semences aux néonicotinoïdes, a-t-il indiqué vendredi.

Le groupe coopératif a annoncé dans un communiqué que la tonne de betteraves sucrières serait achetée 45 euros pour 16 degrés de teneur en sucre, contre un peu plus de 40 euros en 2022 — soit près de 12,5 % de hausse.

Cristal Union (marque Daddy) dit vouloir « aider ses adhérents à passer le cap » après le « coup de massue » donné la semaine dernière par la Cour de justice de l’Union européenne, qui a estimé que les Etats ne pouvaient déroger à l’interdiction européenne des semences traitées aux insecticides néonicotinoïdes. 

« Dans ce contexte, nous envoyons un signal fort à nos coopérateurs afin de les soutenir et de les encourager à maintenir voire augmenter leurs surfaces de betteraves », explique dans ce communiqué son président, Olivier de Bohan.

Les néonicotinoïdes, qui protègent les betteraves de la jaunisse mais sont néfastes pour les abeilles, ont été interdits en 2018 en Europe. Une dizaine de pays européens avaient pris des dérogations dont la France, qui prévoyait de reconduire cette exception en 2023 avant d’y renoncer lundi.

Pendant la campagne de culture 2022, Cristal Union avait prévu de rémunérer ses 9 000 planteurs 29,37 euros la tonne de betterave, avant de rehausser leur rémunération à 40 euros la tonne en octobre, tirant profit de l’envolée des prix mondiaux du sucre et du bioéthanol.

Lire aussi article :  Les personnes éligibles à la vaccination contre la Covid-19

« La forte amélioration des marchés du sucre et de l’éthanol observée depuis plus d’un an nous en donne les moyens. L’important, c’est que les agriculteurs continuent à semer des betteraves », souligne son directeur général, Xavier Astolfi.

Le groupe avait enregistré une hausse de 40 % de son bénéfice net lors de son exercice annuel décalé 2021/22.

Pour cette campagne 2023, la première sans dérogation depuis 2020, Cristal Union mettra en place « avec l’interprofession et les pouvoirs publics des protocoles de surveillance, d’alerte et de protection des plantes ».

En 2020, le virus de la jaunisse avait détruit un tiers de la récolte en France, premier producteur européen de sucre.



Source link