L’homme qui n’a pas inventé Bitcoin


Traduction d’un article de David Yaffe-Bellany publié le 21 mai dans le New York Times.

« Pendant une grande partie de son existence, la société crypto nChain a été régie par une règle d’or : ne pas défier Craig Steven Wright, son directeur scientifique.

Dans les bureaux londoniens de nChain, le Dr Wright, un informaticien australien, était traité comme une sorte de roi philosophe. Il portait des costumes trois pièces et conduisait une Lamborghini. Un cadre enregistrait les divagations du Dr Wright sur des sujets techniques obscurs, puis partageait les enregistrements avec une équipe de chercheurs, chargés de transformer ses réflexions en brevets.

En 2017, Martin Sewell, un employé de nChain, a fait circuler une note documentant les erreurs techniques d’une série d’articles publiés par le Dr Wright sur l’économie et l’informatique. Un directeur a appelé M. Sewell dans son bureau pour lui demander d’arrêter.

La déférence envers le Dr Wright était extraordinaire, se souvient M. Sewell, “C’était comme un sorte de dieu”. L’autorité du Dr Wright reposait sur une seule affirmation : il était le mystérieux créateur du Bitcoin, la première cryptomonnaie.

En 2008, une personne utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto a publié un livre blanc expliquant les bases de Bitcoin, une idée novatrice qui a fini par devenir le fondement d’une industrie multimilliardaire. Puis, aussi brusquement qu’il était apparu, le créateur avait disparu. Satoshi contrôlerait environ 1,1 million de Bitcoins, une réserve de 75 milliards de dollars restée intacte depuis plus d’une décennie.

Le mystère de l’identité de Satoshi obsède depuis longtemps les experts, qui analysent chaque enregistrement de ses communications avec le respect des érudits talmudiques. Divers candidats ont été proposés, mais ils ont nié tout rôle dans la création de Bitcoin.

Le Dr Wright, en revanche, a déployé des efforts extraordinaires pour prouver qu’il est Satoshi. Il s’est présenté comme l’inventeur du Bitcoin dans des interviews et des publications sur les réseaux sociaux, présentant des preuves à tous ceux qui l’écoutaient. Dans le cadre de procès intentés dans trois pays, il a déclaré avoir rédigé le livre blanc original. Quand [@Hodlonaut] a contesté ses affirmations en 2019, le Dr Wright a intenté en Angleterre une action en justice contre lui pour diffamation. Il a enchaîné avec une poursuite agressive contre les développeurs de logiciels travaillant à améliorer le code de Bitcoin, les accusant de violer ses droits de propriété intellectuelle.

“Quelques-uns d’entre eux seront en faillite, perdront leurs familles et s’effondreront”, a-t-il déclaré alors.

Le Dr Wright avait un intérêt financier à étouffer leurs travaux : lui et un magnat du jeu avaient uni leurs forces pour promouvoir une monnaie numérique alternative, le Bitcoin Satoshi Vision, qu’ils présentaient comme une version pure et non corrompue de Bitcoin, avec de meilleures applications pratiques.

Cette année, le prix du Bitcoin a atteint un niveau record, renouvelant l’optimisme selon lequel la crypto est destinée à une adoption généralisée. Mais le secteur reste terni par un cortège de récents scandales financiers qui coûtent des milliards d’économies aux investisseurs. Le mystère de Satoshi est le dernier vestige d’une époque plus innocente de son histoire, où la Bitcoin était un système communautaire renégat qui semblait s’être matérialisé à partir de rien.

La prétention du Dr Wright au nom de Satoshi n’était pas simplement une stratégie juridique antagoniste : c’était une menace pour la pureté de ce mythe fondateur. Cette année, plusieurs des sociétés crypto importante se sont mobilisées pour empêcher le Dr Wright de porter plainte. Un groupe influent dirigé par Coinbase, la plus grande bourse américaine, et Block, une société créée par le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, l’a traduit en justice devant la Haute Cour de Londres.

Ils demandaient une déclaration judiciaire : nous ne saurons peut-être jamais avec certitude qui a inventé le Bitcoin, mais ce n’était pas Craig Wright.

Parmi les mystères sur Satoshi Nakamoto que le Dr Wright a tenté d’expliquer se trouve celui du nom de Satoshi.

Avant l’invention du Bitcoin, le Dr Wright, 53 ans, travaillait comme consultant en sécurité informatique en Australie, mais il affirme que son intérêt pour la création d’un nouveau système monétaire est né d’études universitaires approfondies. À un moment donné, a-t-il témoigné devant le tribunal, il était inscrit dans 19 universités à la fois, poursuivant cinq doctorats simultanément. (“En fait, j’ai écrit trois articles hier soir”, avait-il déclaré lors de ce procès en 2021.) Le nom de famille Nakamoto, a-t-il affirmé, était un hommage à un philosophe japonais dont il admirait les écrits.

Une grande partie de ce que l’on sait de Satoshi Nakamoto provient de centaines de messages qu’il a échangés avec ses premiers collaborateurs, dont Gavin Andresen, un développeur de logiciels américain qui a contribué à promouvoir Bitcoin dans les médias. Dans des courriels et des messages sur le forum, Satoshi a écrit sur son engagement en faveur de la vie privée et ses frustrations à l’égard de l’establishment financier, tout en révélant peu de choses sur ses antécédents. Aucun de ses correspondants ne l’a jamais rencontré en personne.

Lire aussi article :  Grippe aviaire - Un foyer épidémique détecté dans les Ardennes

Puis, en 2011, Satoshi est devenu silencieux, coupant la communication. “J’aimerais que vous ne continuiez pas à parler de moi comme d’un mystérieux personnage sombre”, a-t-il déclaré à Gavin Andresen lors de leur dernier échange de courrier électronique.

Au cours des années suivantes, son identité est devenue une obsession. “Vous ne pouvez pas vous empêcher d’être entraîné dans ce trou noir – sa gravité est si énorme”, a déclaré Andy Greenberg, journaliste technologique de longue date qui a écrit un livre sur les crypto-monnaies . “L’identité de Satoshi est l’un des plus grands mystères de l’histoire de la technologie.”

Presque personne n’avait entendu parler du Dr Wright jusqu’en 2015, lorsque M. Greenberg a co-écrit un article pour Wired affirmant que le Dr Wright était probablement Satoshi. L’article était basé en partie sur des e-mails privés et des transcriptions fournies par un anonyme : “J’ai fait de mon mieux pour essayer de cacher le fait que j’utilise Bitcoin depuis 2009”, a déclaré le Dr Wright dans une transcription. “À la fin, je pense que la moitié du monde le saura.” (L’article incluait une mise en garde : “Soit Wright a inventé le Bitcoin, soit c’est un brillant escroc qui veut vraiment nous faire croire qu’il l’a fait.”)

Wired n’a pas révélé sa source et le Dr Wright a nié être à l’origine de la fuite. À l’époque, il opérait en marge du secteur crypto. Il avait écrit quelques articles de blog sur Bitcoin et avait participé à une conférence à Las Vegas.

Il était également en grande difficulté financière. Début 2015, quelques mois avant que Wired ne publie son article, il était en conflit avec le fisc australien, qui l’accusait d’antidater des documents et de créer des “transactions fictives”, selon les archives judiciaires.

Le Dr Wright avait besoin d’une bouée de sauvetage. Un ancien collègue l’a mis en relation avec Calvin Ayre, un homme d’affaires qui avait fait fortune dans le secteur des paris sportifs et souhaitait investir dans la crypto. Canadien, M. Ayre pesait au moins un milliard de dollars au début, selon Forbes. En 2012, le ministère américain de la Justice l’a accusé d’exploiter une entreprise illégale de jeux d’argent en ligne. Il a plaidé coupable et a évité la prison.

Avant la publication de l’article de Wired, le Dr Wright a rencontré M. Ayre à Vancouver, en Colombie-Britannique, où ils ont discuté de “tout ce qui concerne Bitcoin”, selon un récit donné par M. Ayre en 2022. Lui et un partenaire d’affaires avaient prévu d’offrir financement au Dr Wright et l’aider à revendiquer Bitcoin. L’accord final, décrit dans des documents judiciaires à Londres, prévoyait un prêt de 2,5 millions de dollars australiens pour résoudre les problèmes fiscaux du Dr Wright. Dr Wright devenait alors le scientifique en chef d’une nouvelle société, qui aurait “des droits exclusifs sur l’histoire de la vie de Craig”.

Mais lorsque l’article de Wired est paru en décembre, il a suscité une réaction sceptique. Le Dr Wright n’avait pas donné d’interview, ce qui signifiait que certaines questions cruciales restaient sans réponse. Forbes a souligné que le curriculum vitae du Dr Wright semblait exagérer ses références. Et de toute façon, il n’y avait qu’un seul moyen définitif de prouver qu’il avait écrit le livre blanc : le véritable Satoshi aurait accès aux clés cryptographiques déverrouillant sa réserve de Bitcoin.

Les sponsors du Dr Wright ont alors conçu un plan pour prouver que les affirmations de Satoshi étaient authentiques. En 2016, ils ont emmené M. Andresen à Londres, dans l’espoir d’obtenir le soutien de l’ancien collaborateur de Satoshi, qui était l’une des personnalités les plus renommée de l’univers Bitcoin. Dans une salle de conférence d’un hôtel, le Dr Wright a fait une démonstration destinée à montrer à M. Andresen qu’il contrôlait les clés privées de Satoshi.

M. Andresen, encore groggy après son vol de nuit en provenance de Boston, a été impressionné. Dans un article de blog intitulé “Satoshi”, il a donné son soutien, affirmant que la démonstration du Dr Wright prouvait qu’il avait inventé le Bitcoin.

“J’ai vu la personne brillante, opiniâtre, concentrée, généreuse – et soucieuse de la vie privée – qui correspond au Satoshi avec qui j’ai travaillé”avait alors écrit Andresen.

Les partisans du Dr Wright y ont vu une opportunité de profit. Il était “la poule aux œufs d’or”, a déclaré l’un d’eux à l’auteur Andrew O’Hagan. Bientôt, le Dr Wright était censé rendre publique la fameuse preuve cryptographique et mettre fin pour toujours au mystère Satoshi. Mais lorsque le jour de la grande révélation est arrivé, le Dr Wright n’a rien fourni du tout. Au lieu de cela, il a publié un article jargonneux sur les mécanismes des signatures numériques.

Les aficionados de la cryptographie ont qualifié le Dr Wright de charlatan. “Je commence à douter de moi et à imaginer les façons dont vous auriez pu me tromper”, lui a écrit M. Andresen dans un e-mail.

M. Andresen n’a pas répondu aux demandes d’entrevue. Mais sa correspondance avec le Dr Wright l’a laissé encore plus confus, a-t-il témoigné lors d’une déposition des années plus tard. “Je me souviens avoir pensé que Craig Wright était peut-être fou”, a-t-il déclaré.

Lire aussi article :  Réduction d’impôts pour les propriétaires qui baissent les loyers

Presque personne n’en sait autant sur Craig Wright qu’Arthur van Pelt. Blogueur prolifique, M. van Pelt est la figure dominante d’un petit coin enthousiaste d’Internet où les historiens obsessionnels de la saga Satoshi décortiquent la campagne juridique du Dr Wright.

M. van Pelt revient à plusieurs reprises sur une question psychologique clé : qu’est-ce qui motiverait quelqu’un à prétendre avoir inventé Bitcoin s’il ne l’a pas fait ?

Au fil des années, a déclaré M. van Pelt dans une interview, il a pesé diverses réponses possibles, de la célébrité et de l’argent aux traumatismes familiaux. Dans le cadre d’un procès, le Dr Wright a exigé une déclaration médicale d’un psychologue qui lui avait diagnostiqué des trouble autistiques et qui décrivait ses difficultés avec un père “instable et violent”.

“Le sentiment qu’a Craig Wright, c’est qu’il n’en a jamais été assez”, a déclaré M. van Pelt.

Bien que le Dr Wright n’ait pas réussi à produire les preuves, il a conservé un groupe de fidèles adeptes. S’il n’avait pas accès aux clés privées de Satoshi, a-t-il affirmé devant le tribunal, c’est parce qu’il avait brisé le disque dur qui les contenait ; une décision impulsive qu’il impute à son autisme.

M. Ayre l’a soutenu et, en 2018, lui et le Dr Wright ont lancé Bitcoin Satoshi Vision, qui se négocie aujourd’hui à environ 62 dollars par pièce, soit une infime fraction du prix du Bitcoin. Le Dr Wright a supervisé son développement depuis les bureaux de nChain, une société que M. Ayre a financée pour convertir les idées de son partenaire sur la crypto en un portefeuille de brevets.

Chez nChain, le Dr Wright était un patron difficile, enclin à crier, ont déclaré quatre personnes qui travaillaient avec lui. Il aimait afficher sa richesse, se vantant d’avoir plus d’argent que tout le Rwanda. Les employés de nChain ont assisté à des fêtes extravagantes à Londres : lors d’un événement mémorable, organisé par M. Ayre, les invités ont mangé des sushis sur le corps de femmes nues, tandis que des artistes en costumes de samouraï flottaient à proximité, ont déclaré deux témoins.

Rejeté par une grande partie du secteur crypto, le Dr Wright a fait valoir sa revendication auprès des tribunaux, poursuivant un litige que M. Ayre a aidé à financer. En 2022, sa bataille en diffamation a atteint la Norvège, où Magnus Granath [@Hodlonaut], qui l’avait accusé de fraude sur les réseaux sociaux, a remporté un jugement contre lui. Cette année-là, le Dr Wright a également poursuivi les contributeurs du logiciel Bitcoin Core, alléguant une violation du droit d’auteur.

“Il semble avoir suffisamment d’argent et de soutien pour pouvoir mettre à exécution ses menaces de ruiner financièrement les gens en intentant des poursuites coûteuses”, a déclaré Steve Lee, directeur de Block, une société que M. Dorsey a cofondée après Twitter.

M. Lee faisait partie d’une coalition d’éminentes sociétés crypto appelée Crypto Open Patent Alliance, ou COPA, qui a été fondée pour empêcher les règles en matière de brevets de nuire le développement des technologies crypto. En 2021, les avocats du Dr Wright ont demandé à la COPA et à ses membres de supprimer le livre blanc Bitcoin de leurs sites Web. La COPA a répondu en poursuivant le Dr Wright devant la Haute Cour de Londres, demandant à ce qu’on déclare qu’il n’a pas inventé Bitcoin.

Alors que le litige s’intensifiait, Christen Ager-Hanssen, un investisseur en capital-risque, a rejoint nChain et a aidé à superviser les affaires juridiques du Dr Wright. M. Ager-Hanssen a un flair pour le dramatique : il a reconnu avoir enregistré secrètement des réunions et aime comparer son travail aux romans de John Grisham. L’automne dernier, il a changé de camp, affirmant qu’il ne croyait pas aux affirmations du Dr Wright.

Sur les réseaux sociaux, il a publié un courriel qui semblait montrer que la relation du Dr Wright avec son parrain commençait à se détériorer. “Chaque centime dépensé pour vos affaires, gâche l’héritage de mes enfants”écrit alors M. Ayre.

Dans une interview, M. Ager-Hanssen a déclaré que le Dr Wright lui paraissait intelligent mais délirant, quelqu’un qui appréciait clairement les pièges de la richesse et du statut. Pourtant, a-t-il déclaré, il avait du mal à comprendre pourquoi le Dr Wright avait passé tant d’années à essayer de prouver qu’il avait inventé le Bitcoin.

« C’est ma plus grande question », a déclaré M. Ager-Hanssen. « Je crois qu’il pense qu’il mérite d’être Satoshi. »

À première vue, la page de notes griffonnée sur un bloc-notes Quill ressemble à un artefact potentiellement d’importance historique. Datées d’août 2007, les notes résument une réunion que le Dr Wright a tenue avec un collègue au cours de laquelle il a discuté d’une nouvelle forme de monnaie numérique qui passe directement de personne à personne, sans intermédiaire pour superviser la transaction. Une liste d’étapes de suivi mentionne un “article” dont la publication est prévue pour 2008.

Les notes faisaient partie d’un dossier de plus de 100 “documents de confiance” que le Dr Wright a déposés devant la Haute Cour comme preuve de l’invention du Bitcoin – la “revendication d’identité”, comme l’a décrit le juge. Avant le début du procès en février, un expert légiste engagé par la COPA a soumis au tribunal une analyse concluant que la grande majorité des documents avaient été falsifiés.

Lire aussi article :  Processus d'obtention d'un visa saoudien

L’entrée du carnet en faisait partie. Une déclaration sous serment de Hamelin Brands, la société mère de Quill, a révélé que le carnet n’a été mis en circulation qu’en 2012, quatre ans après l’invention du Bitcoin. Le Dr Wright est venu à la barre des témoins au cours de la première semaine du procès et a insisté sur le fait que l’entreprise s’était trompée sur la provenance de son propre bloc-notes.

Dr. Wright, a répondu l’avocat de la COPA, vous inventez tout cela au fur et à mesure.

Alors que le procès touchait à sa fin en mars, quelques partisans du Dr Wright, pour la plupart des investisseurs dans Bitcoin Satoshi Vision, se sont rassemblés dans la salle d’audience pour assister à sa position finale. M. Ayre n’en faisait pas partie. Il avait écrit des messages de soutien au Dr Wright sur X, mais il a passé la matinée à plaider dans une piscine, à boire de la bière et à publier des extraits du Parrain sur les réseaux sociaux.

Alors que l’équipe juridique du Dr Wright tentait de répondre aux allégations de contrefaçon, M. Ayre a commencé à envoyer des SMS à un journaliste du New York Times. “Ivre et heureux”, a-t-il écrit dans l’un des dizaines de messages contenant des fautes de frappe (les textes provenaient d’un numéro que M. Ayre avait utilisé dans le passé).

Selon lui le procès était celui “des anciennes puissances voulant ralentir l’innovation”. Il a utilisé une série d’expressions vulgaires pour décrire ses rivaux et a déclaré que seul un “crétin” ne croirait pas le Dr Wright.

“Craig est Satoshi”, a déclaré M. Ayre, “mais c’est aussi un enfant de 14 ans.”

Quelques minutes plus tard, le juge chargé de la procédure, James Mellor, a rendu sa décision : “Le Dr. Wright n’est pas la personne qui a adopté ou opéré sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto”, a-t-il conclu.

Les fans de Bitcoin ont célébré l’événement, proclamant la fin du “règne de la terreur”. M. Dorsey, le fondateur de Twitter, a publié le texte intégral de la décision du juge Mellor. Dans leurs conclusions finales, les avocats de la COPA ont demandé que les documents judiciaires soient transmis aux procureurs britanniques, qui pourraient enquêter pour savoir si le Dr Wright avait commis un parjure.

Autrefois l’homme le plus bavard du secteur crypto, le Dr Wright est resté silencieux. Il n’a pas répondu aux appels ni aux SMS demandant un entretien, et son nom n’apparaît plus sur le site Web de nChain. (La société n’a pas répondu aux messages sollicitant des commentaires.)

La semaine qui a suivi la décision, des documents déposés par des sociétés en Angleterre ont montré que le Dr Wright transférait des actifs d’une valeur pouvant atteindre 20 millions de livres à une entité offshore. La COPA a fait valoir qu’il pourrait les protéger d’une saisie par le tribunal, et le juge Mellor a ordonné le gel de ses avoirs. La COPA peut prétendre “obtenir une somme très substantielle”, a déclaré le juge.

Cette semaine, le juge Mellor a développé ses conclusions dans une décision de 231 pages, estimant que le Dr Wright avait falsifié de nombreux documents. “Il n’est pas aussi intelligent qu’il le pense”, a écrit le juge Mellor. Le Dr Wright a déjà abandonné sa plainte en diffamation, ainsi qu’une poursuite qu’il a intentée contre les développeurs de Bitcoin. Mais un message publié lundi sur son compte X indiquait qu’il prévoyait de faire appel de la décision de la COPA.

Le mystère de la création du Bitcoin semble devoir perdurer.

Un matin, dans la dernière ligne droite de l’affaire COPA vs Wright, un homme blond portant une casquette de baseball est entré dans la tribune, prenant place parmi un groupe de journalistes avant d’entamer la conversation. Au début, il a révélé peu de choses sur lui-même, à part son dévouement à sa sécurité personnelle. Une attelle dorsale qu’il avait commencé à porter après un accident de moto servait de “gilet anti-poignard”, a-t-il expliqué – aucun couteau ne pouvait la pénétrer. Pour une protection supplémentaire, il avait renforcé la doublure de son chapeau avec du plastique, qu’il prévoyait de remplacer par du Kevlar.

Mais pourquoi s’était-il présenté au procès du Dr Wright ? Il se pencha pour murmurer un secret : il était le véritable Satoshi Nakamoto. »

Source : nytimes.com





Source link