Changement climatique – Les intempéries plongent les ETA dans une situation financière « alarmante » – Météo et Aléas climatiques, Innovations et machinisme


Les épisodes pluvieux depuis octobre 2023 ont rendu impossibles bon nombre de chantiers des 22 000 entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers. Un fonds d’aides est réclamé en urgence par la profession.

« La situation de nos entreprises est alarmante ! Elles doivent faire face chaque mois au remboursement de leurs crédits et au paiement des charges de personnel, alors que les conditions climatiques de plus en plus aléatoires impactent durement leur trésorerie », alerte Philippe Largeau, président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires.

Le réseau départemental et régional de la FNEDT fait état de faillites et d’entreprises actuellement au bord de la cessation de paiement. Celles-ci, dans l’incapacité d’intervenir dans les champs et en forêt, doivent aussi supporter l’allongement des délais de paiement de leurs clients en difficulté de trésorerie. Un étalement et une prise en charge des cotisations sociales sont espérés de la part de la MSA.

Un calendrier raccourci

La recrudescence des aléas climatiques depuis l’automne 2023 empêche les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers de réaliser les prestations de services attendues. La FNEDT demande au gouvernement des mesures de soutien, dont la création d’urgence d’un fonds d’aides aux entreprises et d’un dispositif de gestion des intempéries.

Les parcelles gorgées d’eau ne permettent pas aux engins d’accéder aux chantiers dans des conditions respectueuses des sols. Après le report des travaux du sol et des semis, les conditions de récolte générant usure et casse, les semis de printemps, les épandages et les ensilages sont à leur tour désorganisés.

« Le changement climatique raccourcit drastiquement le calendrier des interventions et confronte les entreprises aux périodes d’interdiction des BCAE8 et du cadre très restrictif de l’article L411-1 du code de l’environnement, ajoute Philippe Largeau. Les ETARF constituent un maillon indispensable pour la souveraineté alimentaire, la transition écologique et environnementale ».

Lire aussi article :  Déplacement du Premier ministre dans les Alpes Maritimes



Source link