20 anecdotes artistiques insolites pour briller à l’apéro


La bûche et la dinde commencent à peser, les repas de fins d’année ne cessent de s’enchaîner, mais vous auriez bien besoin d’une petite dose de culture (et de sujets de secours, si la discussion tourne court).

Pour vous aider, Beaux Arts vous propose une sélection d’anecdotes à picorer : le surnom intime de Toulouse-Lautrec, un film d’horreur inspiré par Magritte, le rapport entre le Centre Pompidou et Nike… Et qui sait ? Peut-être ressortirez-vous du dîner aussi inspiré que Salvador Dalí !

1. Orange is the new safran

Le saviez-vous ? Avant 1540, l’orange s’appelle… « safran », comme l’épice venue d’Orient ! C’est à cette date que la couleur, qui tire finalement son nom de l’agrume, est pour la première fois mentionnée dans un manuscrit anglais.

Francisco de Zurbarán, Nature morte aux citrons et oranges avec une rose

Francisco de Zurbarán, Nature morte aux citrons et oranges avec une rose, 1633

i

Huile sur toile • 60 × 107 cm • © Wikipedia Commons

2. Chefs-d’œuvre à la chaîne

Pablo Picasso a peint quelque 60 000 œuvres au cours de sa vie, soit deux par jour en moyenne.

Portrait de Pablo Picasso dans son atelier, cigarette à la main, Paris

Portrait de Pablo Picasso dans son atelier, cigarette à la main, Paris, vers 1950

i

Photographie en noir et blanc • © Alamy / Hemis / Science History Images

3. Question de bon sens

Au MoMA de New York en 1961, « Le Bateau » de Matisse a été exposé pendant 47 jours… à l’envers ! Personne n’avait vu l’erreur.

Lire aussi article :  Trailer du film Top Gun: Maverick - Top Gun: Maverick Bande-annonce (2) VO
Henri Matisse, Le Bateau (présenté dans le mauvais sens au MoMA en 1961)

Henri Matisse, Le Bateau (présenté dans le mauvais sens au MoMA en 1961), 1953

i

Papier découpé et gouache • © Succession Henri Matisse / Photo Archives Henri Matisse

4. Une femme en vaut trois

Les trois femmes dans Femmes au jardin de Monet (1866) ont toutes le même visage… Celui de Camille, épouse de l’impressionniste.

Claude Monet, Femmes au jardin, à Ville d’Avray

Claude Monet, Femmes au jardin, à Ville d’Avray, vers 1866

i

huile sur toile • H. 255 ; L. 205 cm • © Photo RMN – Herve Lewandowski

5. La revanche d’une ex

Baudelaire a demandé à Courbet d’effacer son ex-maîtresse, Jeanne Duval, tout à droite de sa toile L’Atelier du peintre (1855) où il figure lisant un livre. Ironie du sort, la peinture s’oxydant la silhouette de la jeune femme se devine à nouveau par transparence.

Gustave Courbet, L’Atelier du peintre. Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale

Gustave Courbet, L’Atelier du peintre. Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale, 1854–1855

i

Huile sur toile • 361 × 598 cm • Coll. musée d’Orsay, Paris / Leemage / Photo Josse

6. Ça sent le vécu

Dalí a eu l’idée de peindre la Persistance de la mémoire (1931), son fameux tableau aux montres molles, après avoir vu lors d’un dîner un « camembert coulant ».

Salvador Dalí, La Persistance de la mémoire

Salvador Dalí, La Persistance de la mémoire, 1931

i

Huile sur toile • 24 × 33 cm • New York, Museum of modern art • © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dali / Adagp, Paris 2019 / Digital image, The Museum of Modern Art, New York / Scala, Florence

Lire aussi article :  Euphoria sur Canal+ Cinéma : c'est quoi ce film avec Eva Green et Alicia Vikander ? - Actus Ciné

7. Royales caries

Parce qu’elle avait les dents gâtées par un abus de sucrerie, l’impératrice Joséphine ne souriait jamais sur les tableaux.

François Gérard, Joséphine en costume de sacre

François Gérard, Joséphine en costume de sacre, 1807–1808

i

Huile sur toile • 240 × 160,5 cm • © Wikipedia Commons

8. Un surnom fort de café !

Parce qu’il souffrait de priapisme (une érection prolongée et douloureuse), Toulouse-Lautrec était surnommé par les filles des maisons closes qu’il côtoyait « la cafetière » – son manche étant toujours bien droit !

Henri de Toulouse-Lautrec en habit de femme

Henri de Toulouse-Lautrec en habit de femme, vers 1890

i

9. On vous ressert ?

Parce qu’il buvait au quotidien des litres de vin, le peintre montmartrois Maurice Utrillo était surnommé « Lilitron ».

Suzanne Valadon, Portrait de Maurice Utrillo

Suzanne Valadon, Portrait de Maurice Utrillo, 1921

i

Huile sur toile • Private Collection

10. Un, deux, trois… peignez !

J-346 avant Paris 2024 ! Saviez-vous que de 1912 à 1948, les JO avaient des épreuves d’art ? Le « Pentathlon des muses » récompensait en architecture, littérature, musique, peinture et sculpture, les meilleures représentations du sport.

Affiche officielle des Jeux olympiques d’été de Londres 1948

Affiche officielle des Jeux olympiques d’été de Londres 1948

i

© The Advertising Archives Bridgeman Images

11. Une pompe qui ne manque pas d’air !

Tinker Hatfield a eu l’idée du design de la basket Air Max de Nike, avec sa bulle d’air apparente dans la semelle, en découvrant l’architecture du Centre Pompidou toute tuyauterie dehors.

Lire aussi article :  Kamala Harris se rendra mi-novembre à Paris
Le Centre Pompidou par Renzo Piano et Richard Rogers

Le Centre Pompidou par Renzo Piano et Richard Rogers

i

© Centre Pompidou, 2020 / Photo Sergio Grazia

12. Jeux de mains…

La majorité des empreintes de mains trouvées dans les grottes ornées en France et en Espagne ont été faites par des femmes.

Empreinte de main dans la grotte du Pech Merle en Dordogne

Empreinte de main dans la grotte du Pech Merle en Dordogne, 29 000 av. J.-C.

13. Diaboliquement efficace

L’Empire des lumières (1954) de René Magritte a inspiré une célèbre scène du film d’horreur L’Exorciste (1973) : l’arrivée du père Merrin devant la maison des McNeil.

Affiche de l’Exorciste de William Friedkin / René Magritte, L’Empire des lumières

Affiche de l’Exorciste de William Friedkin / René Magritte, L’Empire des lumières, 1973 / 1954

i

Coll. Peggy Guggenheim collection, Venise • © Mary Evans / Aurimages / © Bridgeman Images

14. Soulage coule, Géricault sombre…

Victime d’un pigment noir à base de bitume qui a mal séché, Le Radeau de La Méduse, chef-d’œuvre de Théodore Géricault (1818) conservé au Louvre, est amené à disparaître !

Théodore Géricault, Le Radeau de La Méduse

Théodore Géricault, Le Radeau de La Méduse, 1818 – 1819

i

Huile sur toile • 491 × 716 cm • Coll. Musée du Louvre, Paris. Département des peintures

15. Passion chats, passion châteaux

L’architecte Eugène Viollet-le-Duc, connu pour la restauration de Notre-Dame, aimait tellement les chats qu’en restaurant le château de Pierrefonds au XIXe siècle, il s’est amusé à inclure 80 sculptures félines un peu partout !

Eugène Viollet-le-Duc, L’un des nombreux chats du château de Pierrefonds

Eugène Viollet-le-Duc, L’un des nombreux chats du château de Pierrefonds, 1858

16. Henri-Edmond Cross, un faux nom

Le saviez-vous ? Le vrai nom du pointilliste Henri-Edmond Cross est… Henri-Edmond-Joseph Delacroix ! Pour ne pas être confondu avec le peintre Delacroix, il a anglicisé son patronyme !

Maximilien Luce, Portrait d’Henri-Edmond Cross

Maximilien Luce, Portrait d’Henri-Edmond Cross, 1898

i

Huile sur toile • 100 × 81 cm • Coll. musée d’Orsay, Paris

17. Léonard, ce génie

Génie du dessin anatomique, Léonard de Vinci fut le premier représenter la position du fœtus dans l’utérus et à comprendre le fonctionnement d’une érection.

Léonard de Vinci, Fœtus dans l’utérus

Léonard de Vinci, Fœtus dans l’utérus

i

Folio du codex de Windsor (fac-similé) • © Château du Clos Lucé – Parc Leonardo da Vinci / Léonard De Serres

18. Attention les yeux !

Pissarro, qui souffrait de dacryocystite, protégeait ses yeux de la poussière urbaine en se postant en hauteur pour peindre : d’où ses formidables vues plongeantes !

Camille Pissarro, Autoportrait

Camille Pissarro, Autoportrait, 1873

i

Huile sur toile • 56 × 46 cm • Coll. Musée d’Orsay, Paris • © Leemage

19. Une Vénus casanière

La Vénus de Milo n’a quitté le Louvre qu’une seule fois : en 1964 pour le Japon.

Vénus de Milo

Vénus de Milo, 130–100 av. J.-C., période hellénistique

i

Sculpture en marbre de Paros • 2,02 m de hauteur • Coll. Musée du Louvre, Paris • Photo Wikimedia Commons

20. Un ministre taillé dans la pierre

Jack Lang, ancien ministre de la Culture et maire de Blois, apparaît sculpté sur la façade du château de Blois. Lors de sa restauration, les tailleurs de pierre ont respecté la tradition d’hommage au commanditaire !

Cul-de-lampe représentant Jack Lang, au chaêatu royal de Blois (restauration des années 1990)

Cul-de-lampe représentant Jack Lang, au chaêatu royal de Blois (restauration des années 1990)

i



Source link