Une photographie inédite d’Arthur Rimbaud révélée par un expert ?


S’agit-il d’Arthur Rimbaud (1854–1891) ou d’un sosie ? Avec ses cheveux en bataille et son regard rêveur, le jeune homme en redingote ressemble à s’y méprendre au célèbre poète du XIXe siècle. C’est tout du moins l’hypothèse de Serge Plantureux, un expert français en photographie ancienne, connu pour avoir annoncé en 2015 sa découverte (contestée) d’une photographie de Van Gogh. Dans un document de 80 pages, il publie les résultats de l’enquête qu’il a mené pendant des mois sur ce mystérieux portrait en pied.

Au format carte de visite (10,7 × 6,5 cm), ce cliché avait été acheté à bas prix, avec une douzaine d’autres figurant des inconnus, par une Française passionnée de photographie. C’est elle qui le montre à Serge Plantureux. Frappé par la similitude, mais prudent, l’expert judiciaire auprès de la cour d’appel de Paris décide après quelques jours de réflexion d’entamer des recherches approfondies. « Dans ce genre de découverte, plus le sujet est important, plus les théories farfelues apparaissent. Mais j’ai trouvé l’hypothèse intéressante », nous explique-t-il.

Une publication dans un journal viennois en 1876

La photographie d’Artur Rimbaud à 21 ans expertisée par Serge Plantureux

La photographie d’Artur Rimbaud à 21 ans expertisée par Serge Plantureux

i

© Handout / Ignaz Hofbauer / Afp / Courtesy Serge Plantureux

Cette investigation le mène jusqu’en Autriche. Car c’est un Viennois, Ignaz Hofbauer, qui a pris cette photographie dans les années 1870 – plus précisément en mars 1876 selon l’expert. Pour comprendre cet épisode viennois méconnu de la vie d’Arthur Rimbaud, alors âgé de 21 ans, Serge Plantureux met la main sur l’édition d’une quotidien autrichien, le Fremden-Blatt, datée au 29 février 1876. Un article narre la « mésaventure d’un Français élégamment habillé » nommé Arthur Rimbaud, à qui on aurait dérobé 500 francs !

Lire aussi article :  21 films attendus en 2021 : Kaamelott, Fast and Furious 9, Mission Impossible 7... - Actus Ciné

Cette archive s’avère précieuse pour retracer la chronologie du séjour de Rimbaud dans la capitale de l’Empire austro-hongrois. Mais elle ne suffit pas à identifier avec certitude le modèle du cliché en question avec le jeune auteur. Pour son enquête, Serge Plantureux a donc examiné la technique photographique, la présence de retouches, les détails vestimentaires… Et il a également comparé l’image à des portraits de référence : la photographie de Rimbaud enfant accompagné de son frère en 1866 par Louis Eugène Vassogne, celle devenue iconique réalisée par Étienne Carjat en 1871 ou encore l’esquisse d’Henri Fantin-Latour pour son tableau Le Coin de table (1872).

L’enquête se poursuit

« J’ai vraiment peine à imaginer qu’une repique du négatif puisse effacer à ce point la singularité du regard de l’enfant de Charleville. »

De la taille du crâne à la longueur des bras, les indices récoltés par l’expert lui semblent concordants. Et si l’on a du mal à distinguer le regard clair du poète, Serge Plantureux l’explique par de possibles retouches qui l’auraient obscurcit. Malgré tout, il ne prétend pas détenir une vérité absolue. Au contraire, il souhaite engager une discussion. C’est précisément cela qui l’a poussé à rendre publiques ses recherches : « chaque élément de ce dossier de preuves pourra être soit consolidé soit contredit par des arguments tangibles. »

Selon Hugues Fontaine, photographe spécialiste des images de Rimbaud, il manque des preuves documentaires pour étayer les ressemblances physiques. Dans un article intitulé « La tronche à machin », il fait part de son scepticisme, notamment sur les retouches : « J’ai vraiment peine à imaginer qu’une repique du négatif puisse effacer à ce point la singularité du regard de l’enfant de Charleville. » Du côté de Serge Plantureux, qui lui a répondu ce mercredi 3 avril sur son site point par point, c’est déjà une victoire ! « Pour moi l’enjeu n’est pas tant de démontrer une thèse que de ramener de l’intérêt pour ce genre de collection photographique. Il faudra accepter les éléments qui vont dans un sens ou dans l’autre », nous indique-t-il.

Lire aussi article :  Les coraux situés à l'ouest de l'océan Indien menacent de s'effondrer d'ici 50 ans, selon une étude



Source link