Semis de printemps – Environ 50 % des betteraves semées au 10 avril 2023


L’Institut technique de la betterave estime que la moitié des semis de betteraves sucrières ont été réalisés à ce jour. D’après les dernières estimations, les surfaces seraient en recul de 5 à 10 % par rapport à la campagne dernière.

Au 10 avril, « on peut estimer qu’environ 50 % des surfaces de betteraves sont semées pour cette campagne 2023 : les chantiers de semis sont quasiment terminés au sud de Paris et plus en retard du côté du Nord-Pas-de-Calais globalement, mais cela reste très variable selon les précipitations reçues », indique Ghislain Malatesta, responsable du département « expérimentation et expertises régionales » à l’Institut technique de la betterave (ITB).

L’expert estime « une perte de 7 à 10 % des surfaces par rapport à l’an dernier, mais cela reste tôt pour le dire ». Dans ses prévisions au 1er avril, Agreste table sur 380 000 ha pour cette campagne, soit « un recul de 20 000 ha par rapport à 2022 (- 5 %) et de 50 000 ha (- 11,5 %) par rapport à la moyenne 2018-2022. C’est la première fois depuis la suppression des quotas que les surfaces passeraient sous le seuil des 400 000 ha », précise le service statistique du ministère de l’agriculture. 

« Elles resteraient quasi-stables en Normandie (+ 0,1 %) mais diminueraient dans les autres régions productrices, et plus particulièrement en Île-de-France (- 15 %) et Centre-Val de Loire (- 15,4 %). La baisse est plus limitée dans les Hauts-de-France (- 4,1 %) et dans le Grand-Est (- 1,8 %) où les surfaces de betteraves sont les plus importantes. »

Lire aussi article :  le beau-père de Kenzo, accusé d'avoir battu à mort le petit garçon de deux ans, rejugé lundi
Evolution des surfaces de betteraves sucrières en 2023 par rapport à 2022. (©Agreste)

L’usage des plantes compagnes préconisé en semis tardif

En ce qui concerne les conditions de semis, « elles ont été plutôt excellentes jusque-là, avec de bonnes préparations de sols, reprend Ghislain Malatesta. Les gelées de la semaine passée, jusque – 4/- 5°C par endroits, n’ont pas eu ou très peu de préjudices sur les parcelles semées début mars. De plus, les pluies favorisent des levées rapides (en 13-14 jours) ».

« Pour les parcelles restant à emblaver, les travaux devraient reprendre en début de semaine prochaine, ou au mieux ce week-end selon les secteurs. Avec le beau temps annoncé ensuite, on peut envisager une fin des chantiers d’ici le 24 avril », précise l’expert. « Passé le 10-15 avril, on perd un peu de productivité potentielle, mais la principale crainte reste que le stade sensible des betteraves ne coïncide pas avec l’arrivée des pucerons, prévue début mai. »

Lors de semis tardifs, l’ITB recommande notamment l’utilisation des plantes compagnes, type avoine ou orge, qui vont protéger les betteraves des attaques de pucerons jusqu’au stade 4 feuilles et permettre une économie d’un aphicide. 





Source link