Risques climatiques – Vers un nouvel épisode La Niña dans l’océan Pacifique – Météo et Aléas climatiques, Tendance des marchés


Après plusieurs mois de conditions El Niño dans le Pacifique équatorial, c’est le phénomène La Niña qui devrait survenir à partir du mois d’octobre, synonyme de risques de sécheresse dans les grands pays producteurs en Amérique du sud, et à l’inverse de pluies accrues en Australie et en Asie du sud-est.

Le pic El Niño semble désormais dépassé et une bascule vers La Niña se dessine dans le Pacifique équatorial dans les semaines et mois à venir, explique le météorologue Klaus Marquardt dans un communiqué de MeteoNews.

Si cette transition n’a pas d’impact direct sur l’espace européen, elle risque d’avoir « une influence décisive sur les régions équatoriales (par exemple des conditions nettement plus humides en Asie du Sud-Est) ou sur la saison des ouragans à venir ».

Après plusieurs mois de conditions El Niño dans la région pacifique, les températures de surface de la mer « y sont encore nettement supérieures à la moyenne » mais elles continuent de se refroidir.

L’International Research Institute de la Columbia Climate School, souligne qu’une « langue » d’eau plus froide observée dans les zones côtières au large du Pérou et de l’Équateur s’est étendue plus à l’ouest ces dernières semaines, et les derniers modèles informatiques prévoient que cette tendance devrait se poursuivre jusque fin 2024.

Probabilités d’évolution de l’Enso (bascule El Niño vers La Niña) dans les mois à venir. (© IRI, MeteoNews)

Quand La Niña survient, les eaux de surfaces restent anormalement froides dans le centre et l’est du Pacifique équatorial, ce qui pourrait influencer les conditions de culture dans les bassins de production agricole de la région.

Elle entraîne souvent un temps inhabituellement sec en Amérique du Sud, risquant de nuire à la croissance des cultures en Argentine et au Brésil, deux producteurs majeurs de maïs et de soja.

Lire aussi article :  10 millions d’euros pour les aidants numériques

À l’inverse, l’Australie et l’Asie du sud-est pourraient être plus arrosées qu’à l’accoutumée, avec des risques d’inondations.



Source link