Rapport USDA – Les rendements du blé américain attendus en baisse, les cours se redressent


Les rendements des cultures de blé américaines sont attendus en baisse cette année, selon l’estimation publiée vendredi par le ministère de l’agriculture (USDA), une donnée qui a fait remonter légèrement les cours, en pleine déprime jusqu’ici.

L’USDA voit les rendements se contracter de 3,8 % par rapport à ceux de la campagne précédente, pour retrouver un niveau proche de l’année 2021/22. L’année marketing va de juillet à juin et correspond à la période de commercialisation des récoltes du cycle précédent.

« Le marché a été un peu surpris par cette réduction », a commenté Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics. Le contrat le plus échangé sur le blé d’hiver de variété SRW (Soft Red Winter Wheat), pour livraison en juillet, a gagné 1,23 % sur la séance à la Bourse de Chicago (CME).

Cette estimation basse apparaît comme le résultat de la sécheresse qui frappe la région des plaines depuis la fin de l’année dernière, particulièrement les Etats du Texas, Kansas, Oklahoma et Nebraska.

Selon le dernier rapport hebdomadaire de l’USDA, environ 44 % des cultures ont été jugées en « mauvais » ou « très mauvais » état à ce stade, contre seulement 39 % l’an dernier.

« J’ai des clients dans le Kansas et l’Illinois qui me disent qu’ils n’espèrent pas mieux qu’une récolte moyenne parce que l’émergence (du blé) ne s’est pas bien passée », a expliqué Michael Zuzolo.

Gautier Le Molgat, du cabinet Agritel, a relevé que les projections de production mondiale de blé étaient supérieures à celle de la campagne en cours, mais que cette différence était essentiellement due à une plus importante récolte attendue en Chine (+ 2,3 millions de tonnes).

Lire aussi article :  une nouvelle collection tout en évolutions

Quant au maïs et au soja, les premières estimations de l’USDA pour la campagne 2023/24 ont confirmé la perspective de récoltes abondantes.

Elles s’annoncent même record dans les deux cas, à 1 219 millions de tonnes pour le maïs, en hausse de 6 %, dopée par les Etats-Unis (+ 11 %), et à 410 millions de tonnes pour le soja, soit 11 % de plus que l’an passé.

Ces chiffres sont « à peu près ce qu’on attendait, peut être un peu au-dessus », selon Michael Zuzolo, « ce qui incite les opérateurs positionnés à la baisse à conserver leurs positions », empêchant les cours de remonter, a-t-il expliqué.



Source link