Normandie : road trip sur les pas des impressionnistes


Vive les huîtres, le cidre et les tartes aux pommes ! Toutefois, la Normandie n’est pas qu’une terre gourmande. C’est également l’un des berceaux de l’impressionnisme, qui fête ses 150 ans cette année. Claude Monet, Camille Pissarro, Alfred Sisley, et tant d’autres, ont posé leur chevalet sur le port et les routes d’Honfleur, dans les rues de Rouen, au pied des falaises d’Étretat, au bord de la mer… C’est pourquoi, tous les trois ou quatre ans depuis 2010, la région se mobilise pour honorer l’empreinte indélébile de ces peintres.

Cette année, la cinquième édition de Normandie Impressionniste compte plus de 150 événements, dont des expositions historiques, consacrés au mouvement célébré, et autant d’accrochages ou d’installations d’art contemporain. De Giverny à Granville, en passant par Évreux, Cabourg, Deauville, Caen, Cherbourg, il y a de quoi entreprendre un road trip d’au moins une semaine, le long de la Seine ainsi qu’à travers les bocages et les plaines normandes. En voici une version condensée, de Rouen à Giverny, en passant par Honfleur, Le Havre, Fécamp et Étretat.

JOUR 1. Rouen, Honfleur, Le Havre

10h. Au musée des Beaux-Arts de Rouen, l’une des plus belles collections impressionnistes

Le jardin des sculptures du musée des Beaux-Arts de Rouen

Le jardin des sculptures du musée des Beaux-Arts de Rouen

i

© MUBA Rouen / Photo © Myrtille Mayaud Dequero

Direction Rouen ! Il faut compter deux heures de route environ pour arriver au musée des Beaux-Arts depuis Paris. Inaugurée dans l’hôtel de ville en 1809, transférée dans un bâtiment dû à l’architecte Louis Sauvageot à la fin du XIXe siècle, rénovée cent ans plus tard, cette institution abrite l’une des plus riches collections de peintures, de sculptures et d’arts décoratifs de France, dont quelque 8 000 pièces d’arts graphiques de la Renaissance au XXe siècle, et un ensemble exceptionnel de la donation François Depeaux, noyau dur du plus grand fonds impressionniste de France en dehors de Paris.

Parmi les œuvres ayant appartenu à cet industriel, surnommé « l’homme aux 600 tableaux », L’Église de Moret, temps de gelée (1893) et Le Sentier au bord de l’eau à Sahurs, le soir (1894) témoignent de son affection pour Alfred Sisley (1839–1899).

Vue d’une salle d’exposition des collections permanentes du musée des Beaux-Arts de Rouen

Vue d’une salle d’exposition des collections permanentes du musée des Beaux-Arts de Rouen

i

© MBA Rouen / Photo © Antoine Courpotin

Dans les salles voisines, Vue générale de Rouen (1892) mérite un moment d’attention : Claude Monet (1840–1926) aurait eu l’idée de ce paysage depuis la colline Sainte-Catherine, à quinze minutes en vélo. Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, le musée présentera « David Hockney. Normandism » (du 22 mars au 22 septembre), riche en toiles inédites de l’artiste britannique basé dans le Calvados, et « James Abbott McNeill Whistler, l’effet papillon » (du 24 mai au 22 septembre), qui montrera l’influence de Claude Monet et consorts sur le peintre américain du XIXe siècle.

Arrow

Musée des Beaux-Arts de Rouen

Arrow

David Hockney. Normandism

Du 22 mars 2024 au 22 septembre 2024

mbarouen.fr

Arrow

James Abbott McNeill Whistler – L’effet papillon

Du 24 mai 2024 au 22 septembre 2024

mbarouen.fr

11h. Une cathédrale immortalisée par Monet et illuminée par Robert Wilson

À gauche, la cathédrale Notre-Dame de Rouen. À droite, « La Cathédrale de Rouen. Le Portail vu de face », Claude Monet, 1892

À gauche, la cathédrale Notre-Dame de Rouen. À droite, « La Cathédrale de Rouen. Le Portail vu de face », Claude Monet, 1892

i

© Benoit Eliot / © Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais 2024 / Photo © Patrice Schmidt

L’histoire de la cathédrale de Rouen, la plus haute de France (151 mètres) grâce à sa tour-lanterne, remonte au IVe siècle. Construction romane du XIe siècle, complétée entre le XIIe et le XVIe siècles, elle repose sur les restes d’un groupe épiscopal paléochrétien. De ce monument, qualifié d’ « humain » en raison de son asymétrie, Claude Monet a tiré une série de 30 tableaux, autant de raisons pour lui d’étudier les variations de la lumière normande. Le peintre n’aurait pourtant mis les pieds qu’une seule fois à l’intérieur. Sur cette icône architecturale seront projetées, en mai, des images réalisées par l’artiste américain Robert Wilson avec, en fond, des études pour piano composées par Philip Glass et des poèmes de Maya Angelou lus par Isabelle Huppert.

12h. Balade dans le centre rouennais

Passage du Gros-Horloge, classé Monument Historique depuis 1862

Passage du Gros-Horloge, classé Monument Historique depuis 1862

i

© Rouen Tourisme / Photo © Benoit Eliot

Une promenade autour du musée permet de se rendre compte que le peintre phare de Rouen est Léon-Jules Lemaître (1850–905) : il en a représenté tous les monuments, du Gros-Horloge au palais de justice. Vient ensuite Camille Pissarro (1830–1903), de passage en 1883 sur les conseils de Claude Monet, dont le frère habitait la ville. Si son premier séjour a donné lieu à près de vingt œuvres aux sujets variés, celui de 1895 est aujourd’hui associé à un ensemble d’aquarelles. Le troisième, en 1896, a engendré une série de ponts. Enfin, trois tableaux de 1898 sont consacrés à la rue de l’Épicerie.

Ouverture du 24 février au 3 mai 2024

Rendez-vous à la patinoire de l’île Lacroix pour découvrir “Digital ParadICE”, une installation interactive conçue par Miguel Chevalier à l’occasion du festival Normandie Impressionniste. En se déplaçant sur la glace, les visiteurs modifient la composition numérique qui se déploie sous leurs pieds.

Patinoire de loisirs Edith Ballester, avenue Jacques Chastellain, 76100

13h. Déjeuner inspiré de Monet dans la plus vieille auberge de France

L’une des salles à manger de l’auberge La Couronne, place du Vieux Marché à Rouen

L’une des salles à manger de l’auberge La Couronne, place du Vieux Marché à Rouen

i

Il s’agit de la plus ancienne auberge de France. Ouverte en 1345, La Couronne aurait vu passer Jeanne d’Arc, avant son supplice, ou encore Pierre Corneille, dont la maison familiale – aujourd’hui transformée en musée – se trouve à deux pas. À la carte : des plats traditionnels français, dont un « menu impressionniste » inspiré des recettes de Claude Monet, grand amateur d’andouillette. Quoi de plus gourmand qu’une terrine de foie gras accompagnée d’un cake au lard grillé ? Les aiguillettes de Saint-Pierre et leur émulsion aux cèpes ne manquent pas non plus de saveur. À retenir, parmi les desserts signature : le mille-feuille vanille et le soufflé Grand Marnier, auquel même Philippe Platel, le directeur du festival Normandie Impressionniste a du mal à résister.

Arrow

Restaurant La Couronne

Lire aussi article :  It Takes Two passe le million de ventes

15h30. Tea time à la ferme Saint-Siméon, à Honfleur

Maison historique de la Ferme-Saint Siméon au Havre

Maison historique de la Ferme-Saint Siméon au Havre

i

Après une petite heure de route, rendez-vous à Honfleur, fief d’Eugène Boudin (1824–1898), dont 2024 marque le bicentenaire de la naissance. Quand Claude Monet venait lui rendre visite, il descendait à la ferme Saint-Siméon, qui appartient aujourd’hui au groupe Relais & Châteaux. Le jeune peintre dormait dans la chambre 22 ; Camille Corot, dans la 19. La nature morte au lièvre qui trône dans la salle à manger serait un cadeau d’Adolphe-Félix Cals à la maîtresse des lieux, Mme Toutain, qui prenait grand soin de ses protégés. Tous les jours, à partir de 14h, l’hôtel propose de déguster une boisson chaude et une pâtisserie au coin du feu ou face à l’estuaire, à l’endroit même où les impressionnistes peignaient en plein air.

Arrow

Ferme Saint Siméon

17h. Le MuMA : découverte d’un musée visionnaire, au Havre

Vue intérieure du parcours d’exposition permanente du MuMA, musée d’Art Moderne André Malraux au Havre

Vue intérieure du parcours d’exposition permanente du MuMA, musée d’Art Moderne André Malraux au Havre

i

C’est sur le port du Havre que Claude Monet a peint, en 1872, Impression, soleil levant, tableau qui, sous la plume du critique Louis Leroy, a donné son nom à l’impressionnisme. C’est également dans cette ville que se trouve le musée d’Art moderne André-Malraux (MuMA), la première institution a avoir abrité, en France, des œuvres de ce courant artistique. À commencer par Lever de lune en Bretagne (1899) de Maxime Maufra ou La Baie de Lampaul (1901) d’Henry Moret, achetés par la Ville en 1901. Cette orientation s’est accentuée au fil des ans, grâce aux dons de Claude Monet, en 1910, de Pieter van der Velde, en 1912, et de Charles-Auguste Marande, en 1936, cofondateurs du Cercle de l’art moderne qui tendait à faire connaître au plus grand nombre des tendances picturales dites « modernes ».

20h Dîner raffiné au Margote

Salle de restaurant du Margote au Havre

Salle de restaurant du Margote au Havre

i

Le début de leur nom résonne dans celui de leur restaurant : Le Margote. Marguerite Chalon officie en salle ; en cuisine, Gauthier Teissère concocte des plats raffinés aux associations inattendues, des « poireaux grillés, olives noires, parmesan et vinaigrette miso » à l’« amandine à l’orange sanguine, crème fouettée tonka », en passant par le « homard, lait fermenté et oignon confit », la « noix d’entrecôte normande, mille-feuille de pommes de terre et graines de moutarde » et les « pommes confites à l’hibiscus, ganache chocolat blanc et citron ». Un délice !

50 quai Michel-Féré, 76600 Le Havre

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du restaurant.

23h. Nuit paisible au Vent d’Ouest

Chambre « Double Escale » de l’Hôtel Vent d’Ouest Le Havre

Chambre « Double Escale » de l’Hôtel Vent d’Ouest Le Havre

i

© Hôtel Vent d’Ouest Le Havre

Il n’y a pas plus central. Idéalement situé au cœur du quartier Auguste Perret – du nom du célèbre architecte qui a redessiné la ville du Havre après la Second Guerre mondiale – et à proximité de la plage, le quatre-étoiles Vent d’Ouest est le premier établissement hôtelier créé par Didier et Léa Lassarat. « Le Havre est notre terre natale et nous voulions offrir aux visiteurs de notre ville une escale de charme. » Mission accomplie. Depuis, le couple a ouvert, un peu plus loin, La Grande École, site pluriel qui comprend le restaurant Les Enfants sages, des tiny houses, le pub Janine, et La Grande École, un centre de formation destiné aux cuisiniers, aux pâtissiers et aux artistes en herbe…

JOUR 2. Fécamps, Étretat, Giverny

9h. Peindre sur le motif comme Monet, à Fécamp

Cour de peinture à la manière des impressionnistes avec l’artiste-peintre Sophie Justet à Fécamp

Cour de peinture à la manière des impressionnistes avec l’artiste-peintre Sophie Justet à Fécamp

i

À vos pinceaux et couvrez-vous bien ! La peinture à l’huile laisse des traces. De même que les impressionnistes en leur temps, Sophie Justet s’aventure tous les jours dans le paysage normand pour le croquer. Qu’il vente ou qu’il pleuve. Au début de ses cours, cette autodidacte passionnée, à la touche et au regard vifs, explique avec une clarté imparable comment composer une palette cohérente, comment préparer sa toile, comment se repentir en cas d’erreur… Heureusement, sa main assurée n’est jamais bien loin pour rectifier le tir et permettre aux néophytes de repartir avec une œuvre plaisante à regarder. Les bons gestes arrivent souvent alors que la leçon s’achève. Une frustration qui ne donne envie que d’une chose : recommencer ! Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, Sophie Justet donnera des ateliers en plein air (les 17 avril, 15 mai, 12 juin, 17 juillet, 14 août, 11 septembre, de 9h à 13h), tandis que les céramiques et vidéos de la plasticienne Laure Delamotte-Legrand seront exposées jusqu’au 19 mai au musée Les Pêcheries, à Fécamp.

Arrow

Peindre sur le motif comme Monet, à Fécamp

Séance de peinture en plein air
L’atelier de Sophie est situé 6 rue Bailly
76400 Fécamp
06 20 59 83 61
[email protected]

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site.

12h30. Déjeuner avec vue, à Étretat

Extérieur de l’hôtel Le Donjon, domaine Saint Clair à Étretat

Extérieur de l’hôtel Le Donjon, domaine Saint Clair à Étretat

i

© Domaine Saint Clair / Photo © Guillaume de Laubier

Cap sur le Donjon, hôtel construit sur des vestiges romains, en haut du val Saint-Clair. Passé la réception, suivie d’un chaleureux patio, se profile une terrasse qui force la contemplation. On se croirait dans un tableau de Claude Monet qui immortalisa les iconiques falaises d’Étretat dans les années 1880. Telle est la perspective dont jouit le Bistrot Saint Clair. Aux fourneaux, le chef Senda David Waguena cultive l’inspiration dans son amour du Togo – son pays d’origine –, de l’Italie et du Japon. Les acras de champignons, le risotto au gombo grillé, la tartelette à la mousse de ditax (fruit d’un arbre africain) et chocolat blanc sont à tomber ! Un savoureux voyage gustatif dans un cadre impressionniste.

Arrow

Hôtel Le Donjon et Bistrot Saint Clair

15h30. Saut de puce chez Claude Monet, à Giverny

Salon-atelier de Claude Monet dans sa résidence à Giverny

Salon-atelier de Claude Monet dans sa résidence à Giverny

i

© Maison et jardins de Claude Monet Giverny – droits réservés

Avant de rentrer à Paris, pourquoi ne pas s’arrêter à Giverny ? C’est là que Claude Monet s’installa en 1883 ; là qu’il s’éteignit, en 1926. Deuxième site le plus fréquenté en Normandie après le Mont-Saint-Michel, sa maison se visite de la fin du mois de mars au 1er novembre. Dans le jardin, réside le pont japonais installé à la demande du maître et immortalisé dans ses dernières toiles. À deux pas, le musée des impressionnistes, fondé en 1992, présentera « L’impressionnisme et la mer » (du 29 mars au 30 juin). Jalon majeur du festival Normandie Impressionniste, cette exposition jettera un nouvel éclairage sur l’attirance qu’Eugène Boudin, Gustave Courbet, Paul Gauguin pouvaient éprouver pour les flots, à travers des scènes portuaires, des portraits de pêcheurs et des représentations de tempêtes, entre autres…

Arrow

Fondation Claude Monet

À Giverny, à 75 km de Paris.
À 45 minutes en train depuis la gare Saint-Lazare.

Arrow

Musée des Impressionnismes – Giverny

Arrow

Festival Normandie impressionniste 2024

Du 22 mars au 22 septembre 2024



Source link