Marché de l’orge – L’orge australienne et l’appétit chinois, une affaire qui marche à nouveau – Économie et gestion, Tendance des marchés


Allégée des droits de douane prohibitifs imposés pendant trois ans par Pékin, l’orge australienne, une céréale destinée s’exporte de nouveau massivement vers la Chine, historiquement son premier acheteur. La France risque d’être la grande perdante de cette réconciliation céréalière entre Canberra et Pékin

Le ministère du Commerce australien se félicitait, début décembre dans un communiqué, que, selon les chiffres des douanes chinoises, Pékin avait importé 314 000 tonnes d’orge australienne, pour une valeur de 139 millions de dollars australiens (environ 85 millions d’euros), depuis la levée en août de droits de douane de 80,5 % imposés courant 2020.

Une reprise des échanges saluée par les agriculteurs australiens, soulagés de retrouver un marché qui rapportait avant 2020 près d’un milliard de dollars australiens par an et absorbait plus de 50 % des exportations d’orge du pays.

CBH Group, une coopérative rassemblant plus de 3 500 céréaliers d’Australie-Occidentale, a ainsi, « dans les deux mois suivant la réouverture du marché, envoyé deux cargaisons d’orge à la Chine », selon son rapport annuel.

L’hiver diplomatique a duré près de trois ans. En 2018, le gouvernement australien avait exclu le groupe chinois Huawei du réseau 5G du pays, puis demandé en 2020 une enquête internationale sur les origines du Covid-19, initiative que Pékin avait jugée politiquement motivée car émanant d’un proche partenaire des Etats-Unis.

En réponse, la Chine avait imposé des droits de douane élevés sur des exportations australiennes clés, telles que l’orge, le boeuf et le vin, et cessé d’importer du charbon.

Nouveaux marchés

Le ralentissement de la croissance économique chinoise a poussé Pékin à rétablir ses relations avec ses partenaires commerciaux. L’Australie, elle, cherchait et trouvait de nouveaux débouchés pour la graminée à longue barbe, dont elle est le troisième producteur mondial, derrière la Russie et la France, faisant jeu égal avec l’Allemagne.

Lire aussi article :  Marché des engrais - « C'est fou » : l'embarras du monde agricole face à la flambée des engrais

« On a trouvé de nouveaux marchés, notamment au Mexique, où par le biais du partenariat transpacifique, les droits de douane ont été abaissés, alors que préalablement ils étaient de plus de 100 % », explique à l’AFP Sean Cole, directeur général par intérim du syndicat professionnel Grain Growers.

« Avec la Chine sortie du tableau, il a fallu nous tourner vers des clients traditionnels du marché fourrager, notamment les pays du Moyen-Orient, où nous exportons depuis plus de vingt ans », ajoute-t-il.

Ainsi, l’Arabie saoudite est devenue, entre juin 2022 et juin 2023, le premier importateur d’orge australienne, selon les données de l’Australian Bureau of Agricultural and Resources Economics and Sciences (Abares), organisme du ministère australien de l’Agriculture.

Lyndon Mickel, qui vient d’achever la 23e récolte de sa carrière, sur une exploitation de 6 000 hectares, située près de Beaumont, dans le sud-ouest du pays, où il fait également pousser du blé, du canola (colza OGM) et des pois, a finalement traversé sans encombre cette période.

Car, précise-t-il, la fermeture du marché chinois a entraîné « une réduction des prix, mais nous avons eu deux très bonnes années en termes de récolte, ce qui fait que ce que nous avons perdu en prix, nous l’avons gagné en tonnage ».

Mais ces années fastes, avec une production de plus de 14 millions de tonnes lors des deux précédentes campagnes, sont terminées.

« Un gain supplémentaire »

En raison du retour d’El Niño au-dessus du Pacifique, un phénomène climatique cyclique en général associé à une hausse des températures mondiales, l’Abares prédit, dans sa dernière note de perspective, une baisse de la production d’orge de 24 % pour la campagne 2023-2024, à 10,8 millions de tonnes.

Lire aussi article :  des pays de l'ONU veulent une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme

Pour Sean Cole, la réouverture du marché chinois tombe à pic. « Une grande partie de notre orge est classée comme fourragère, vendue moins chère que l’orge brassicole, mais elle reste adaptée à la fabrication de bière en Chine, où ils emploient des méthodes un peu différentes. Ce qui fait qu’on peut en obtenir un meilleur prix », souligne-t-il.

En moyenne, détaille-t-il, l’orge destinée à la Chine est vendue « entre 38 et 40 dollars de plus par tonne (…) que lorsque les droits de douane ont été levés en août. Cela représente un gain supplémentaire de 400 millions de dollars pour l’orge australienne l’année prochaine, même avec une récolte moins importante ».

L’un des grands perdants de cette réconciliation céréalière entre Canberra et Pékin sera sans doute la France, premier pays exportateur européen d’orge, qui avait profité de la brouille pour expédier vers la Chine la majorité de sa production.

 



Source link