Les néonazis et les complotistes ciblaient les institutions


Cinq suspects projetant des attentats contre des ministères et des centres de vaccination ont été mis en examen et déférés vendredi.

L’enquête marathon, menée depuis février dernier par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sur des néonazis de l’Est de la France voulant faire sauter des loges maçonniques, vient de connaître un nouveau développement. Vendredi, cinq suspects ont été présentés à un juge d’instruction et mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes. Quatre ont été placés en détention provisoire. Le cinquième qui a sollicité un débat différé, a été incarcéré provisoirement en attendant le débat devant le juge des libertés qui aura lieu le 30 septembre. Âgés de 23 à 58 ans, ils avaient fait l’objet mardi dernier d’un discret coup de filet mené dans les Hauts-de-Seine, la Nièvre et la Charente-Maritime.

Selon nos informations, ils font partie d’une nébuleuse plus large, où se mêlent complotistes et activistes de l’ultradroite. «Venant de différentes “chapelles”, ils avaient une multitude de projets d’actions violentes visant des institutions», précise une source judiciaire. Sans

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link

Lire aussi article :  Le projet multijoueur The Last Of Us sera le projet le plus "ambitieux" de Naughty Dog