Le développement de l’aquaculture : un enjeu de souveraineté alimentaire


Les
produits de la mer, de la pêche et de l’aquaculture (pisciculture,
conchyliculture, algoculture, en milieu marin ou à terre) présentent un
déficit commercial considérable, structurel et en aggravation (-5,7
milliards d’euros en 2022). Le déficit en saumon, à lui seul, dépasse le
milliard d’euros. Seulement 30% des besoins en produits d’origine
aquatique sont couverts par la production nationale et 4 poissons
d’élevage consommés sur 5 sont importés.

Pourtant la France
dispose de nombreux atouts pour résorber ce déficit. Dans un contexte
environnemental contraint (changement climatique, surpêche etc.) le
développement responsable de la filière aquacole, qui à ce jour couvre
moins de 10% des besoins nationaux, permettrait, sans fragiliser la
filière pêche, de renforcer de façon conséquente notre souveraineté
alimentaire.

Tel est l’objet de la
présente note, qui comporte un plan ambitieux de développement de
l’aquaculture en métropole et dans les territoires ultramarins.

Il s’agit là d’une
illustration des stratégies de filière, préconisées par le
Haut-commissariat au Plan, essentielles pour assurer la reconquête de
l’appareil productif et le redressement de notre balance commerciale.



Source link

Lire aussi article :  Les Anges gardiens sur TF1 Séries Films : retour sur un tournage complètement fou - Actus Ciné