Labeyrie – Un troisième site en grève pour des hausses de salaires


Un troisième site de production de la marque de foie gras et saumons fumés Labeyrie, à Jonzac (Charente-Maritime), a rejoint jeudi la grève qui a débuté la semaine dernière au siège landais et dans un abattoir basque, a-t-on appris vendredi auprès de la direction et d’un syndicat.

Ce site charentais, qui compte 170 salariés et produit des plats préparés (cabillaud, morue séchée, morue salée), se lance ainsi dans un mouvement entamé le 15 octobre pour réclamer des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail, dans l’usine abattage de Came (Pyrénées-Atlantiques) et dans les ateliers de Saint-Geours-de-Maremne (Landes), siège de Labeyrie Fine Foods. Ces deux derniers sites emploient environ 1 000 personnes.

Selon Jérôme Lecointre, représentant du personnel FO à Saint-Geours-de-Maremne, les salariés ont décidé de prolonger le mouvement au moins jusqu’à lundi inclus dans les trois usines, où la production est interrompue.

Il regrette « la position ferme de la direction qui se contente d’attendre la négociation de branche (prévue en décembre, ndlr) et une augmentation hypothétique des salaires en 2022 ». « Les salariés ne peuvent pas attendre », estime-t-il.

Dans le contexte de la pandémie, les salariés estiment avoir connu « une surcharge d’activité sans contreparties malgré les bons résultats économiques de l’entreprise », soulignait la semaine dernière le syndicat FO-FGTA (alimentation) dans un communiqué national.

« Nous avons fait des propositions (salariales) équilibrées que le personnel a rejeté dans leur intégralité », a de son côté indiqué vendredi à un correspondant de l’AFP Bertrand Delmas, directeur des ressources humaines du groupe. « La porte de la direction reste ouverte et j’espère que les représentants du personnel vont revenir rapidement à la table des discussions et que la production pourra reprendre le plus tôt possible ».

Lire aussi article :  Le Coronavirus rend-il les entreprises inquiètes ?

La direction assure en outre qu’elle « tiendra les engagements issus des accords de branche dont le calendrier de discussions prévoit une prochaine rencontre le 1er décembre et même encore plus tôt concernant les salariés de Jonzac ».

Premier employeur privé du département des Landes, l’entreprise est un des fleurons de l’industrie locale pour sa production de foie gras et de saumon fumé depuis 1946. Elle est représentée sous différentes marques grand public telles que Labeyrie et Delpierre, dans tous les réseaux de distribution : grandes surfaces alimentaires, enseignes spécialisées, ventes industrielles et e-commerce.

Restée une société familiale jusqu’en 2002, le groupe fondé par Robert Labeyrie, a pour actionnaires la coopérative basque Lur Berri et le fonds d’investissement français PAI Partners depuis 2014. Pour l’exercice 2019-2020, le groupe affichait un chiffre d’affaires de 1,03 milliard d’euros, en croissance de 1,6 %. Il compte 4 600 collaborateurs et seize usines implantées dans quatre pays d’Europe.



Source link