Insolite – Dans sa nouvelle chanson, Wazoo défend les vaches accusées de polluer – Alimentation et fourrages, Élevages bovins lait et viande, Juridique, fiscal et social


Le 3 mai, le groupe de folk festif Wazoo a sorti son septième album, intitulé « Un veau qui tête bien n’a pas besoin de foin ». C’est aussi le titre d’une des neuf chansons qu’il contient, qui comme d’habitude « cultivent le terroir et la ruralité ». À découvrir si vous ne l’avez pas encore entendue. Entre deux paroles légères, y sont dénoncées les accusations de pollution envers les bovins.

« Et moi pendant c’temps là, j’tournais la manivelle » : ce refrain, sur un air d’accordéon, vous dit sans doute quelque chose, sans peut-être vous souvenir ou savoir qui le chante : c’est le groupe de folk festif auvergnat Wazoo. Il s’agit même de la chanson qui l’a lancé en 1999. Depuis, il compte à son actif plus de 600 concerts, 600 000 albums et singles vendus, et 60 millions de streaming-vidéos vues. 

Son sixième opus, en 2020, s’intitule « Agriculteurs » avec 11 titres dédiés à l’agriculture, dont celui d’ouverture, éponyme, dont voici quelques paroles : « Toute l’année, même les jours fériés, sous la pluie la neige ou le vent, on ne redoute pas le labeur, pour le pire pour le meilleur, la terre est au fond de nos cœurs. Notre passion, notre métier, se vit au milieu des champs. De pâturage en pâturage, au petit soin pour nos bovines, ce terroir nous a vu grandir, on lui consacre notre vie ».

Un sixième album intitulé « Agriculteurs »

Wazoo y invite même tous ceux qui ont « la main verte » à « venir » s’installer en agriculture. « La ferme est ouverte » !, lance-t-il. Sur ce disque également, « Boire un canon » met en avant le travail de la vigne et « Mon taureau » les concours animaux avec humour, comme l’illustre cet extrait : « On n’est pas tous égaux face aux lois de la nature, j’en connais un niveau mesure il a vraiment ce qu’il faut. Dans le Limousin, il fait un carnage et au salon à Paris, il remporte tous les prix ».

Lire aussi article :  Arrêtez de perdre du temps !

En 2021, alors que le Salon de l’agriculture est annulé à cause du Covid, le groupe organise même le concours du taureau le plus… sexy. Et pour le Sia 2023, il compose une ode en l’honneur de la vache égérie Ovalie. 

Après l’ode à Ovalie, la défense de l’élevage

Quatre ans plus tard, pour ses 25 ans de carrière, Wazoo revient avec un septième album au titre encore agricole : « Un veau qui tête bien n’a pas besoin de foin ». Lequel serait un proverbe paysan. Après quelques rimes légères aussi sur « la côte de bœuf le saucisson » puis « le bon sens paysan », il enchaîne sur un sujet qui l’est moins : les vaches pointées du doigts pour leurs émissions de méthane qui polluent selon certains, « venant de Paris » et qui veulent réduire l’élevage. 

Là il dénonce cet agribashing sans mâcher ses mots : « Sinon au rayon des conneries, venant encore de Paris, il paraît que nos bovins, polluent plus que le périf parisien. Ainsi pour sauver la planète, il faut moins de vaches qui pètent. Non mais putain bordel de merde, ils ont fumé la moquette ? »

Avec l’attachement, la fidélité et le soutien qu’il manifeste depuis longtemps à la terre, aux animaux, aux hommes et aux femmes qui la travaillent et les élèvent, il n’est pas étonnant que le titre « Agriculteurs » ait été repris par le monde paysan pour devenir l’hymne symbole de la crise agricole de début 2024. Voir le clip et l’intégralité des paroles de « Un veau qui tête bien n’a pas besoin de foin »  sur la chaîne Youtube du groupe Wazoo.



Source link

Lire aussi article :  Frère et sœur d’âme | Beaux Arts