Gianni Pettena, l’architecte de l’invisible à découvrir à Sète


Lorsqu’en 2013, les architectes Lacaton & Vassal ont inauguré le Frac Nord-Pas-de-Calais, dévoilant deux bâtiments construits en miroir, ils n’étaient pas les premiers à avoir eu l’idée d’accoler un jumeau à une unité déjà existante.

Dans les années 1990, à Canazei, un village du Trentin, au nord-est de l’Italie, l’architecte Gianni Pettena avait déjà (avec deux confrères) signé un projet tout aussi audacieux. Refusant de détruire l’ancienne mairie de cette commune du Haut-Adige, construite par Ettore Sottsass senior (le père du designer), il avait choisi au contraire de la restaurer et de bâtir juste à côté un édifice symétrique, les deux étant reliés par un pont.

Gianni Pettena, Presence / Absence

Gianni Pettena, Presence / Absence, 2020

i

Performance, installation • Coll. Courtesy Salle Principale, Paris • © Studio Gianni Pettena

Gianni Pettena est aujourd’hui octogénaire et peu de gens en France connaissent cette figure séminale de l’architecture radicale italienne des années 1970, même si une exposition au Frac Centre, à Orléans, lui a rendu hommage dès 2003. Un quart de siècle plus tard, le Crac Occitanie, à Sète, remet en lumière son œuvre sagace, longtemps restée souterraine, dont Marie Cozette, commissaire de l’exposition, souligne « la brûlante actualité ».

« Construis ta propre maison »

Diplômé de la faculté d’architecture de Florence en 1968, dans une époque de critique rageuse du capitalisme et du consumérisme, Gianni Pettena n’a jamais pratiqué le métier auquel ses études le destinaient. Il a préféré penser le langage de sa discipline à travers des installations, des performances et surtout de très nombreuses conférences et publications. En dehors de la mairie de Canazei, il n’a répondu à aucune commande, rejoignant ainsi le panthéon des « architectes sans architectures ». « C’est un passeur, il est autant artiste qu’enseignant et théoricien, déclare Marie Cozette.

Lire aussi article :  Porte ouverte - Rendez-vous le 7 juillet dans la Manche pour les 40 ans de Socober

Il a mené de longs entretiens avec Richard Buckminster Fuller, l’inventeur du dôme géodésique, qui a été un visionnaire dans le domaine de la maison durable. Il a enseigné dans des universités de renommée internationale, à Florence, à Londres, en Californie, et il a anticipé l’importance de Zaha Hadid et de Rem Koolhaas, avant qu’ils ne deviennent des stars. »

Continuez votre lecture

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link