Bruxelles : 5 expositions immanquables ce printemps


À seulement 1h20 de Paris, la capitale européenne et son vibrant tissu culturel invitent à quitter la morosité hivernale pour un printemps sous le signe du rêve et du surréalisme. Le mouvement, qui célèbre ses 100 ans cette année, est à l’honneur dans une grande exposition aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Tandis que les archives de l’inclassable artiste belge Jef Geys se déploient au Wiels, les toiles sororales de la jeune peintre Lucie Mercier investissent la galerie Ballon Rouge. La KBR nous révèle l’influence de la ville de Bruxelles dans l’œuvre de James Ensor. Enfin, le MIMA invite à pénétrer dans les univers fantasmagoriques de 15 artistes à l’humour salé.

1. Les 100 bougies du surréalisme aux musées royaux des Beaux-Arts

Max Ernst, L’Ange du foyer ou Le Triomphe du surréalisme

Max Ernst, L’Ange du foyer ou Le Triomphe du surréalisme, 1937

i

huile sur toile • 114 × 146 cm • Coll. particulière • © Adagp, Paris, 2024

Le Manifeste du surréalisme d’André Breton fête ses 100 ans ! En guise de célébration, une exposition-événement est organisée aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, en collaboration avec le Centre Pompidou. Elle voyagera ensuite à Paris, Madrid, Hambourg et Philadelphie, chaque institution mettant en lumière des œuvres de sa collection. La première étape bruxelloise propose une lecture merveilleuse du surréalisme à l’aune du symbolisme belge. Aux côtés d’œuvres iconiques de René Magritte, Toyen, Salvador Dalí, Jane Graverol, Max Ernst, Dorothea Tanning, on retrouve les toiles empreintes d’onirisme et de délicatesse des symbolistes Jean Delville ou Fernand Khnopff. La scénographie épurée est propice à une rêverie libre de chefs-d’œuvre en chefs-d’œuvre. Où l’on chemine à travers des thématiques enchanteresses, du « Labyrinthe » à « la Nuit », de « la Forêt » aux « Métamorphoses et Mythes ». Pour un focus sur les surréalistes belges, rendez-vous à Bozar, l’institution voisine.

Du 21 février 2024 au 21 juillet 2024
L’exposition itinérante marquera une étape à Paris, au Centre Pompidou, à partir du 4 septembre 2024, avant de se déplacer en 2025 à la Fundacíon Mapfre de Madrid, à la Kunsthalle de Hambourg et au Philadelphia Museum of Art.

fine-arts-museum.be

Arrow

Histoire de ne pas rire. Le Surréalisme en Belgique

Du 21 février 2024 au 16 juin 2024
Les musées bruxellois proposent un billet groupé à 25 € pour visiter les deux expositions !

www.bozar.be

2. Les archives inclassables de Jef Geys au Wiels

Jef Geys Aankleedpop, Aankleedpop – Man + Aankleedpop – Vrouw (Poupée habillée– Homme + Poupée habillée – Femme)

Jef Geys Aankleedpop, Aankleedpop – Man + Aankleedpop – Vrouw (Poupée habillée– Homme + Poupée habillée – Femme), 1966

i

Technique mixte • Coll. Mu.ZEE Ostende / Vlaamse Gemeenschap • © Jef Geys Estate / ADAGP, Paris, 2024 / Photo © Cedric Verhelst

Indiscipliné et désopilant, le Flamand Jef Geys (1934–2018) est connu pour avoir progressé en dehors des réseaux habituels de l’art, dans les écoles, les cafés, les comités de grève et de quartier. Pop art ? Art conceptuel ? Anthropologie ? Critique sociale ? Son œuvre inclassable est présentée au Wiels, ancienne brasserie toujours dotée de ses grandes cuves en cuivres et de son carrelage Art déco. Une véritable chasse aux trésors à travers plus de 200 objets et documents, archives ordonnées dans des linéaires de classeurs, dessins, sculptures, herbiers, peintures, qu’il convient de décrypter grâce au « Catalogue raisonnable » de l’exposition.

3. L’esthétique punk féministe de Lucie Mercier au Ballon Rouge

Lucie Mercier, Liudmyla et l’eyeliner bleu

Lucie Mercier, Liudmyla et l’eyeliner bleu, 2022

i

Acrylique sur papier • 65 × 50 cm • © Courtesy de l’artiste et de la Galerie Ballon Rouge

Est-ce girly de tresser les cheveux de son amie ou la maquiller d’un trait d’eye-liner bleu électrique ? Observer au sol de la salle de bain les poils pubiens que l’on vient de couper ou la poudre sur le bout d’une clé lors d’une soirée ? Lassée par son travail d’architecte, la jeune artiste Lucie Mercier (née en 1991) troque le logiciel AutoCad pour les pinceaux avec l’intention de donner au corps féminin une place de sujet et non plus d’objet. À l’acrylique sur papier, dans une perspective « female gaze », elle saisit des moments suspendus de son quotidien et de celui de ses amies. Ces instants ordinaires, parés de lumière, deviennent l’occasion d’aborder des sujets tels que la santé mentale et la sororité. L’histoire intime et fluorescente d’une millennial est à découvrir à la galerie Ballon Rouge, spécialisée dans les artistes femmes, queer et BIPOC (Black, Indigenous, and People of Color).

Arrow

I’m Just A Girl – Lucie Mercier

Du 16 mars 2024 au 18 mai 2024

www.ballonrougecollective.com

4. James Ensor démasqué à la KBR

 

James Ensor, Squelettes se disputant un hareng fumé

James Ensor, Squelettes se disputant un hareng fumé, 1891

i

Huile sur panneau • 16 × 21,5 cm • Coll. Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique • © MRBAB / ADAGP 2024 / Photo © J. Geleyns Art Photography

De James Ensor (1860–1949), on connaît surtout les masques, inquiétants et bariolés, qui peuplent ses tableaux. Ses liens avec Ostende, sa ville natale au bord de la mer du Nord. Mais c’est à Bruxelles, où il arrive à l’âge de 17 ans, qu’il se forme à la peinture, noue des amitiés historiques, découvre la montée du socialisme et les mouvements citoyens. Les rencontres qu’il y fait vont profondément influencer son œuvre. La KBR, Bibliothèque royale de Belgique, invite à se plonger dans ce qui unit le peintre à la capitale belge. On y découvre un grand nombre de dessins, rarement exposés en raison de leur fragilité, mais aussi des œuvres réalisées lorsqu’il était étudiant à l’académie royale des Beaux-Arts. La prestigieuse institution le juge alors mauvais en peinture. Quant à lui, il la trouve démodée et rigide !

5. Pop-corn, SF et contes balkaniques au MIMA

Vue de l’exposition « Popcorn » au MIMA Museum à Bruxelles

Vue de l’exposition « Popcorn » au MIMA Museum à Bruxelles

i

© MIMA Museum Bruxelles, 2024

Avez-vous déjà rêvé de manger dans une expo ? Tout est possible au Millennium Iconoclast Museum of Art, à Molenbeek, qui accueille les visiteurs de l’exposition « Popcorn » avec… du pop-corn. L’institution, qui aime casser les codes et les normes culturelles, réunit en ce printemps 15 artistes aux univers pop et fantastiques. À la croisée de films de science-fiction, de contes balkaniques et de Jérôme Bosch, le peintre serbe Davor Gromilović (né en 1985) dessine des créatures hybrides. Quant à l’autrice de bande dessinée Elene Usdin (née en 1971), elle nous emmène dans des paysages intérieurs et des cauchemars dont les couleurs séduisantes ne font pas oublier les drames qui s’y jouent. Les jeux vidéo, l’éco-anxiété, les cartoons, les insomnies, sont autant d’inspirations pour ces rêveurs éveillés convoqués au MIMA.

Du 2 février 2024 au 26 mai 2024

www.mimamuseum.eu



Source link