Biennale de Venise 2024 : une édition engagée et ouverte sur le monde


« Stranieri Ovunque – Foreigners Everywhere », étrangers partout… Riche de la présence de 90 nationalités, cette 60e biennale s’annonce comme un manifeste. À l’heure où l’Europe tout entière (et l’Italie au premier chef) est sous la menace des tentations de l’extrême droite, Venise se projette comme un havre de résistance, un lieu de bienveillante revendication.

On ne s’en étonnera pas de la part du Brésilien Adriano Pedrosa, directeur artistique de cette édition. Insistant pour inviter un maximum d’artistes qui n’avaient jamais participé à l’événement, le premier Latino-Américain à orchestrer la manifestation est un habitué des biennales.

Une biennale engagée et ouverte sur le monde

Mais surtout, en une décennie, il a fait du Museu de Arte de São Paulo (MASP) l’un des musées les plus innovants au monde sur les questions d’éthique et de société. Il a renouvelé en profondeur son programme à coup de vastes traversées de problématiques de la plus grande acuité : l’enfance, la sexualité, puis les histoires afro-atlantiques, les féminismes, la danse et enfin l’histoire du Brésil même. Pour la première fois, l’esclavage, l’oppression des femmes et les cultures natives étaient abordés de plein fouet.

Continuez votre lecture

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link

Lire aussi article :  Plus belle la vie du mardi 8 décembre 2020 : résumé en avance de l'épisode 4167 [SPOILERS] - News Séries à la TV