Bande dessinée, roman graphique, jeunesse… 5 beaux livres qui mettent le dessin à la page


Ce week-end, le livre est à l’honneur ! Le Festival du livre de Paris reprend ses quartiers au Grand Palais Éphémère du 12 au 14 avril. L’occasion de remplir encore un peu plus sa bibliothèque, de rencontrer ses auteurs préférés, d’assister à des tables rondes…

En marge de cet événement incontournable de l’édition, Beaux Arts a repéré cinq beaux livres qui mettent le dessin à l’honneur : des histoires pour les petits comme pour les grands, la vie d’un grand artiste du XXe siècle racontée en BD, une balade poétique dans des jardins ouvriers… À feuilleter sans attendre.

« De minuit à quatorze heures » : un conte surréaliste pour petits et grands

Extrait du livre « De minuit à quatorze heures » de Guy Billot et Bernard Friot

Extrait du livre « De minuit à quatorze heures » de Guy Billot et Bernard Friot

i

© 2024 Sens dessus dessous, groupe Delcourt.

Illustrateur français et auteur de livres jeunesse installé aux États-Unis depuis plus de cinquante ans, Guy Billout a régulièrement collaboré avec de prestigieux titres de presse américains tels que Life ou The Atlantic Monthly. À partir de 70 de ses images, l’écrivain Bernard Friot a imaginé l’histoire d’un curieux voyageur sans bagage à l’identité incertaine et à la fantaisie débridée. Un petit conte surréaliste qui s’adresse autant aux enfants qu’à leurs parents – drôle et irrésistible.

Arrow

De minuit à quatorze heures

Par Bernard Friot et Guy Billout

Éd. Sens Dessus Dessous • 80 p. • 20 €
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la maison d’édition Sens Dessus Dessous. 

Les mains dans la terre : paroles de jardiniers

Extrait du livre « Les mains dans la terre » de Marc Pichelin et Louise Collet, page 22

Extrait du livre « Les mains dans la terre » de Marc Pichelin et Louise Collet, page 22

i

Dessinatrice et peintre, Louise Collet s’intéresse depuis 2019 aux Jardinots situés en Dordogne – d’anciens jardins cheminots devenus jardins familiaux. Avec la complicité de Marc Pichelin, qui a enregistré la voix de ces jardiniers amateurs, l’artiste a transposé en texte et en image le quotidien et l’environnement de Milou, Jean-Marie ou Albert. Son trait délicat et sa palette, qui évolue au rythme des saisons, rendent un sensible hommage à ces discrets cultivateurs et à leur monde plein de poésie.

« Une petite histoire qui compte » : une poétique histoire du temps

Extrait du livre « Une petite histoire qui compte » de Morgane Rospars

Extrait du livre « Une petite histoire qui compte » de Morgane Rospars

i

© Thierry Magnier Éditions

La passion du petit Youn ? Compter ! Posté derrière sa fenêtre, à travers laquelle se déploie le vaste horizon, Youn compte d’abord les minutes, les heures, puis les jours, les mois et les années. Au fil du temps, le panorama change et se transforme, saison après saison. Devenu grand, puis père, Youn transmettra-t-il sa passion à son fils ? Avec Une petite histoire qui compte, l’illustratrice Morgane Rospars signe un premier livre lumineux et touchant sur la fuite du temps et la transmission entre générations. Ses images, inspirées par la technique de la gravure sur bois mais qu’elle réalise à l’aide d’outils numériques, évoquent la beauté tranquille des paysages de l’ukiyo-e. Un talent à suivre de très près !

Arrow

Une petite histoire qui compte

Par Morgane Rospars

Éd. Thierry Magnier • 64 p. • 18€
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la maison d’édition Thierry Magnier. 

« The Parisianer, le sport dans la ville » : le dessin à fond la forme

Couverture du livre « The Parisianer. Le sport dans la ville »

Couverture du livre « The Parisianer. Le sport dans la ville »

i

© Éditions de la Martinière

2024, année olympique ! Cela n’aura pas échappé aux crayons de The Parisianer, collectif d’artistes qui s’est donné la mission d’imaginer les couvertures illustrées d’un magazine fictif, inspirées des célèbres unes du New Yorker signées Saul Steinberg ou Sempé. Alors que les Jeux approchent à grands pas, leur dernier livre, « Le sport dans la ville », met à l’honneur les disciplines olympiques transposées dans la vie quotidienne des Parisiens : 110 mètres haies au-dessus des tourniquets du métro (Chez Gertrud), waterpolo dans une laverie (Brecht Vandenbroucke), saut à la perche sur les toits en zinc (Jean Mallard), tennis au balcon (Jean-Michel Tixier)… À admirer aussi jusqu’au 30 avril à Paris, sur les grilles de l’hôtel de ville !

« Yves Klein – Immersion » : une biographie en BD

Extrait du livre « Yves Klein Immersion » de Julian Voloj, planche 24

Extrait du livre « Yves Klein Immersion » de Julian Voloj, planche 24

i

Artiste incontournable du XXe siècle, inventeur d’un bleu devenu mythique – l’IKB – Yves Klein a traversé l’histoire de l’art tel une comète, emporté par une crise cardiaque à seulement 34 ans. Au fil des pages,  Julian Voloj et Wagner William, « Yves Klein – Immersion » reviennent sur la courte (mais intense) vie de l’artiste : son enfance entourée d’art (ses deux parents étaient peintres), sa passion dévorante pour le judo, ses expérimentations autour de la couleur, ses premières performances qui feront de lui l’un des précurseurs du happening… Une bande dessinée qui porte bien son nom puisque l’immersion au cœur de l’œuvre de l’artiste est totale et franchement réussie !

Arrow

Yves Klein – Immersion

Par Julian Voloj et Wagner William

Éd. Marabout • 160 p. • 29,90 €
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la maison d’édition Marabout. 

Arrow

Festival du livre de Paris 2024

Du 12 avril 2024 au 14 avril 2024

www.festivaldulivredeparis.fr



Source link