Agroalimentaire – Le bénéfice net du fromager Savencia recule en 2022


Le bénéfice net du fromager Savencia Fromage & Dairy (Tartare, Caprice des Dieux), a reculé de 18 % en 2022, à 68 millions d’euros, malgré une hausse significative du prix de ses produits et des cours des produits laitiers.

Le fabricant de fromages de grande consommation justifie cette dégradation « par le décalage entre la hausse des coûts (dont celles des matières premières et de l’énergie) et sa répercussion dans les tarifs » des produits vendus, notamment aux supermarchés.

Savencia avait annoncé début février une progression de son chiffre d’affaires de 16,8 %, atteignant 6,5 milliards d’euros sur l’année, tiré par l’augmentation des cours des ingrédients industriels laitiers. Cette évolution « résulte principalement d’une croissance organique de 16,7 % » dans la catégorie « autres produits laitiers », qui comprend notamment les beurres et les crèmes.

Les prix des produits laitiers industriels (beurre, poudre) ont augmenté en France de manière quasi continue entre 2020 et courant 2022.

Le beurre, par exemple, se vend autour de 6 500 euros la tonne, soit 25 % de plus que l’an dernier à la même époque, soulignait l’interprofession du lait (Cniel) dans une note début février.

Le numéro cinq mondial du secteur, implanté dans 31 pays, évoque une « croissance continue de la restauration hors domicile » toutes régions confondues, « un maintien global de la consommation en France », et une baisse en Europe du fait de l’inflation.

La rentabilité du groupe – mesurée par sa marge opérationnelle courante – se dégrade de 0,8 point de pourcentage par rapport à 2021 à 3,6 %.

« La marge des produits fromagers se réduit de 4,5 % à 2,1 % sous l’effet de l’inflation et d’une baisse de volumes dans certains pays », détaille Savencia dans un communiqué.

Lire aussi article :  Le plafond de l’Opéra de Paris de Chagall : un éclatant concert de couleurs

Pour l’année à venir, le groupe prévoit que son activité sera affectée par « l’évolution des inflations, avec des risques résiduels de pénurie et d’ajustement des modes de consommation », par la guerre en Ukraine et ses conséquences, ainsi que par la reprise de l’économie chinoise, « premier importateur mondial de produits laitiers ».

Le groupe est toujours implanté en Ukraine et en Russie, où il avait notamment acquis en 2018 l’entreprise OAO Belebey, l’un des champions des fromages à pâte pressée dans le pays.



Source link