Acides aminés – L’usine MetEx d’Amiens placée en redressement judiciaire – Alimentation et fourrages


Le tribunal de commerce de Paris a placé mercredi en redressement judiciaire l’usine amiénoise du biochimiste Metabolic Explorer (MetEx), qui produit des acides aminés, principalement pour l’alimentation des animaux d’élevage, a indiqué la direction du groupe.

Le tribunal a placé l’usine, qui emploie quelque 300 salariés, « en procédure de redressement judiciaire avec six mois de période d’observation », a déclaré à l’AFP Rudolph Hidalgo, directeur général adjoint de cette société de biochimie basée à Clermont-Ferrand, mise en difficulté notamment par la flambée des prix de l’énergie puis du sucre.

L’usine produit habituellement 100 000 tonnes d’acides aminés par an, essentiels pour la croissance musculaire des animaux d’élevage, essentiellement de la lysine.

La procédure de redressement judiciaire permet la poursuite de l’activité de l’entreprise et le maintien de l’emploi lorsque l’entreprise se trouve en état de cessation des paiements. Elle permet d’obtenir des remises de dettes et des délais de paiement lorsque le plan de redressement est adopté.

« On va utiliser ces six mois pour trouver des investisseurs (…) ou des repreneurs », a ajouté M. Hidalgo, précisant que le groupe connaîtra lundi la décision concernant la demande de placement en redressement judiciaire de l’usine de Carling (Moselle) et la demande de procédure de sauvegarde pour le siège de Saint-Beauzire, près de Clermont-Ferrand.

L’entreprise emploie en tout un peu plus de 400 personnes. Elle fait face depuis plusieurs mois à un environnement économique difficile, ses coûts de production ayant bondi en raison de l’envol des prix des matières premières. La principale d’entre elles est le sucre, qui représente 50 % du coût de production de la lysine, selon Metex.

Lire aussi article :  Deux activités séparées à partir de 2021-Grandes cultures, Économie et gestion

Le groupe, qui s’est mis depuis quelques mois en quête d’investisseurs, indique avoir reçu des lettres d’intention d’un « très grand industriel français » et d’un « industriel asiatique », sans préciser lesquels.

« Tous les gens avec qui on a parlé (…), tout le monde a reconnu que la gestion par Metex était nickel (…) mais que la condition numéro un, c’est qu’il y ait une solution sur le sucre, nous avons besoin d’avoir accès à un sucre compétitif », a expliqué M. Hidalgo.

Le dirigeant, qui a évoqué une décorrélation entre les cours mondiaux du sucre et les cours européens, en appelle à l’Etat pour trouver une solution.

L’entreprise, qui dénonce un « dumping social » des producteurs chinois de lysine, demande aussi à l’Europe de mettre en place des taxes douanières sur les importations de Chine.



Source link