– A l’occasion du Salon International de l’agriculture, point sur le secteur avec Christian Guilbard, président du CMAR


Banque partenaire des agriculteurs, le Crédit Mutuel est présent au Salon International de l’Agriculture dont la thématique est « L’agriculture : le vivant au quotidien ! ». L’opportunité de faire un point sur le secteur.

Le Salon International de l’Agriculture SIA a ouvert ses
portes depuis quelques jours. 
Quels
sont les messages portés par le Crédit Mutuel en tant que 2e banque de
l’Agriculture ?

Comme chaque année, par sa présence, le Crédit Mutuel va à
la rencontre de ses clients, sociétaires à l’occasion du plus grand rendez-vous
annuel de l’agriculture, attendue par des milliers de Français. Cette année, la
thématique du salon est « L’agriculture : le vivant au quotidien ! ».
C’est un bon résumé de notre métier. Le « vivant au quotidien » met en avant
notre travail journalier et notre sens du devoir vis-à-vis du végétal, de
l’animal, des humains que nous nourrissons, mais également de tout ce qu’il y a
autour de nous. Ce sont également tous les aléas climatiques, économiques ou
sanitaires, qui ont encore frappé certains d’entre nous. Etre entrepreneur du
vivant, c’est aussi être confronté à ces résultats aléatoires qui nécessitent
une relation de confiance avec ses partenaires. C’est cette image d’attractivité
de nos métiers et cette volonté de proximité du Crédit Mutuel avec le monde
agricole que nous, élus et salariés, essayons de transmettre au cours de ce
salon.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2022 et de ce début
d’année 2023 ?

Le bilan de l’année 2022 est bon, malgré les aléas
climatiques et la disparité entre les productions. Je pense particulièrement
aux éleveurs touchés par la grippe aviaire, avec des vides sanitaires qui se
prolongent. Il y a aussi tous ceux qui ont subi des aléas climatiques, gel,
grêle ou sécheresse estivale. Je pense à ceux qui n’ont pas suffisamment de
stocks de fourrage pour terminer  la
période hivernale et qui devront être accompagnés.  Notre attention se
porte également sur les difficultés dans certains vignobles et pour certains
secteurs, particulièrement notre industrie agroalimentaire, pénalisés par les
coûts de l’énergie.

Lire aussi article :  Une levée de 3 millions de dollars pour Umbrel

Comment se dessine le nouveau contexte agricole face à la
multiplication des crises climatiques, économiques et géopolitiques ?

Au-delà des crises conjoncturelles, une question de fond
demeure : comment produire davantage pour satisfaire nos besoins alimentaires
et énergétiques tout en réduisant notre impact sur la nature et dans un
contexte de bouleversement climatique ? C’est cette question centrale qui doit
tous nous interpeller sur nos façons de produire. C’est dans ce contexte que
notre banque ambitionne d’accompagner tous les exploitants agricoles dans leurs
transitions. La force de notre réseau, par sa proximité permet de proposer les
bons outils, avec ce souci constant de laisser l’exploitant agricole maître de
ses décisions. Tout n’est pas encore écrit sur ce sujet. C’est bien à chacun de
faire les bons choix sans remettre en cause la rentabilité de son exploitation agricole.



Source link