À la Slow Galerie, 10 ans fêtés avec 100 dessins sur le thème « Ralentir »


L’institution parisienne dédiée à l’illustration et aux arts graphiques, où l’on chine des œuvres dans de grands bacs comme chez un disquaire, vient de fêter ses dix ans.

C’est plus exactement en février 2014 que Lamia Magliuli l’a fondée, rejointe plus tard par son mari Cyril, dans une ancienne pharmacie de la rue Jean-Pierre Timbaud, dans le 11e arrondissement. « J’aime me dire qu’à notre manière on a repris le flambeau : avec des formes et des couleurs, on soigne l’âme et le moral. »

L’excellence de l’illustration française

Cultivant une « slow life » créative donc, la galerie a imaginé une exposition à l’occasion de son anniversaire, conviant 100 artistes à réaliser chacun un dessin sur le thème « Ralentir ». Résultat : des pyramides d’escargots, des paysages idylliques, des personnages immobilisés, pieds dans le plâtre…

Victoria Dorche, Good Things take time, 2024

i

Acrylagouache sur papier Arches • 31 x 41 cm • Coll. particulière • © Slow Galerie

Virginie Cognet, Pause, 2024

i

Gouache sur papier aquarelle satiné • 30 x 40 cm • Coll. particulière • © Slow Galerie

Lola Penicaud, Danse Sidérale, 2024

i

Tirage à encres pigmentaires sur papier • 30 x 40 cm • Coll. particulière • © Slow Galerie

Lili Wood, Le Repos, 2024

i

Gouache sur papier Arches • 26 x 36 cm • Coll. particulière • © Slow Galerie

Samuel Eckert, Soft, 2024

i

Craies grasses sur papier • 29,7 x 42 cm • Coll. particulière • © Slow Galerie / ADAGP, Paris 2024

Pastels à l’huile sur papier Arches • 57 x 77 cm (assemblage de 4 formats 28,5 x 38,5 cm) • Coll. particulière • © Slow Galerie

De l’humour, de la poésie, de l’épure : il y en a pour tous les goûts ! On y retrouve la sensualité du pastel gras de Beya Rebaï, l’humour de Samuel Eckert, la magie de la gravure sur bois d’Hélène Glowinski… Certains artistes iconiques du genre se repèrent d’emblée.

Un appel à reconsidérer la frénésie du monde

« Ralentir c’est aussi résister, agir, en dessinant avec un engagement total et presque désespéré, le rejet d’une société valorisant la croissance à l’infini », explique la fondatrice qui, pour illustrer son propos, a choisi un dessin de Lola Penicaud pour l’affiche de l’exposition : sous l’apparence de deux personnages féminins, le soleil et la lune dansent vers un avenir glorieux et enchanteur. Comme un message d’espoir en ces temps troublés par la montée des extrêmes.

Jusqu’au 7 septembre 2024

www.slowgalerie.com



Source link