Viticulture – Une vendange 2023 attendue dans la moyenne, « incertitude » due au mildiou – Viticulture


La vendange 2023 en France est attendue « au niveau de la moyenne » des dernières années, selon une première estimation publiée mardi par les services du ministère de l’agriculture, tempérée par l’« incertitude » liée aux attaques de mildiou dans le Bordelais.

« La production viticole se situerait en 2023 entre 44 et 47 millions d’hectolitres, au niveau de la moyenne » des années 2018 à 2022, rapporte le service statistique du ministère, Agreste. Ces prévisions de récolte « sont provisoires au regard de l’incertitude entourant les conséquences des attaques de mildiou dans les vignobles du Bordelais et du Sud-Ouest », précise Agreste.

D’autant que les tout premiers coups de sécateur viennent à peine d’être donnés – la semaine dernière dans des vignes de Fitou, dans le sud de la France – et que la vendange s’étale jusqu’au début de l’automne.

En dehors du Sud-Ouest et du Languedoc-Roussillon, où « sévit une sécheresse persistante », « la situation dans les autres vignobles reste globalement favorable, les sols ayant été rechargés en eau dans la plupart des bassins », selon la note de conjoncture.

La France avait produit plus de 46 millions d’hectolitres de vin en 2022 en dépit de la sécheresse exceptionnelle de l’été.

Cette année, la situation est particulièrement tendue dans le Bordelais, déjà confronté à une crise de surproduction. Des « précipitations fréquentes associées à des températures élevées » au printemps ont favorisé le développement du mildiou, un parasite mi-algue mi-champignon. Les feuilles se couvrent de tâches et flétrissent, les grappes se dessèchent jusqu’à se momifier et tomber au sol.

Lire aussi article :  L'EA Play Live 2021 attendra la fin juillet

Outre le mildiou, d’autres maladies de la vigne (oïdium, botrytis) « occasionnent des pertes importantes pouvant atteindre jusqu’à 30 % en moyenne » dans les bassins de production du Sud-Ouest.

La vendange se présente bien mieux en Champagne, où « les grappes sont bien fournies » et les maladies « contenues ». Dans cette région, comme en Bourgogne, le potentiel de production est attendu au-dessus de la moyenne 2018-2022.



Source link