Tous au quai Branly pour « Setan Jawa », ciné-concert symphonique !


Depuis son apparition au XIXe siècle, le cinéma s’est constamment réinventé. De muet à parlant, de noir et blanc à couleurs, de la 2D à la 3D… Riche de cette histoire, Setan Jawa est une proposition multiple, aux croisements du concert, du spectacle et de la projection cinématographique. Il a été conçu par trois personnalités : les deux Indonésiens Garin Nugroho et Rahayu Suppangah, respectivement réalisateur et compositeur, et l’Australien Iain Grandage, également compositeur. Ensemble, ils ont écrit un spectacle total, réunissant un film et une double partition musicale, interprétée par l’ensemble de gamelan Garasi Seni Benawa et par l’orchestre Le Balcon.

Aux origines de Setan Jawa, il y a une histoire d’amour. Nous sommes en Indonésie, au début du XXe siècle. Le pays, colonisé par les Néerlandais, est en plein développement industriel, et la plupart des Javanais vivent dans une grande pauvreté. Setio, un jeune villageois sans fortune, rencontre une aristocrate nommée Asih ; il tombe éperdument amoureux d’elle. Bien décidé à unir leurs destins, il demande sa main à sa famille… qui refuse, sans hésiter – il est bien trop différent d’eux. Pour conquérir la jeune femme et traverser les frontières qui les séparent, Setio décide de passer un pacte avec le diable : le garçon peut devenir riche et (enfin) approcher Asih. Mais la jeune aristocrate, une fois devenue son épouse, s’inquiète de son sort et va à la rencontre du diable pour négocier avec lui…

Muette, cette histoire rocambolesque suit les rythmes d’un ensemble traditionnel de percussionnistes indonésiens, dit gamelan. Les quatorze instrumentistes, qui accompagnent sur scène une chanteuse soliste, jouent des partitions de gong, de cymbales, de xylophones et de tambours, mais aussi de flûtes Suling ou encore de rebab (un instrument à cordes). La musique du gamelan fait partie des plus anciennes traditions indonésiennes : jouée dans les villages de nombreuses régions d’Asie du Sud-Est, elle va de pair avec divers rituels et cérémonies, ainsi qu’avec des représentations de théâtre d’ombre de marionnettes, aux histoires aussi divertissantes que politiques. La persistance à travers les siècles du gamelan est un témoignage de la résistance des Indonésiens face à la colonisation et à l’occupation culturelle.

Lire aussi article :  Pourquoi les vaccins sont-ils moins efficaces face au variant Omicron?
Setan Jawa

Ce spectacle nous parle ainsi des nouvelles possibilités d’exploration musicale et plastique du gamelan indonésien. En s’alliant à un orchestre symphonique européen et à un directeur musical australien, le réalisateur Garin Nugroho plante les racines qui lui tiennent à cœur dans un terreau renouvelé, riche de fusions et d’échanges. Setan Jawa est bien plus qu’une histoire d’amour entre deux protagonistes : c’est aussi celle de deux héritages culturels qui s’allient et s’émulent.

Cinéma symphonique pour orchestre et gamelan

Durée : 1h15

Théâtre Claude Lévi-Strauss, musée du quai Branly

Le vendredi 10 mars 2023 à partir de 20h00
Le samedi 11 mars 2023 à partir de 18h00
Le dimanche 12 mars 2023 à partir de 17h00

Réservation



Source link