Paris insolite : 10 lieux improbables que vous ne connaissez (peut-être) pas…


Paris regorge de lieux insolites dont les Parisiens eux-mêmes ignorent souvent l’existence… C’est pourquoi après avoir arpenté la capitale à la découverte de ses musées cachés ou de ses plus beaux lieux méconnus, Beaux Arts vous propose un itinéraire de balade 100% insolite.

Une pagode chinoise plantée au milieu d’immeubles haussmanniens, un fabuleux vestige du Moyen Âge, un extraordinaire cabinet de curiosités, une église Art déco couverte de mosaïques colorées ou encore un immeuble cathédrale : Paris n’a pas fini de vous surprendre !

1. La Maison de Loo, une pagode chinoise en plein Paris

Maison de Loo, Pagoda Paris

Maison de Loo, Pagoda Paris

Sa haute silhouette rouge d’inspiration asiatique détonne au milieu des immeubles haussmanniens de la plaine Monceau ! On doit cette fantaisie architecturale à Ching Tsai Loo, un marchand d’art chinois qui, dans les années 1920, a fait l’acquisition d’un hôtel particulier bâti sur deux étages, tout ce qu’il y a de plus classique dans ce quartier chic de la capitale. Avec le concours de l’architecte Fernand Bloch, il décide de transformer la bâtisse en pagode – un véritable petit bout de Chine en plein Paris ! Si l’intérieur au décor somptueux reste inaccessible au public, on se console en admirant depuis la rue de Courcelles la superbe façade rouge ocre de l’édifice, surmontée d’un monumental toit en épis, et son fastueux portail en bois précieux. Dépaysement garanti !

Arrow

Maison de Loo – Pagoda Paris

48 Rue de Courcelles, 75008 Paris
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la maison de Loo. 

2. L’immeuble cubiste de la rue Pelleport

Immeuble de l’architecte Frédéric Borel, rue Pelleport

Immeuble de l’architecte Frédéric Borel, rue Pelleport

i

© Frédéric Borel Architecte

Tous ses habitants vous le diront : c’est son architecture hétéroclite qui fait le charme du 20e arrondissement ! Parmi ses nombreux immeubles contemporains, bâtis sur les vestiges des anciens faubourgs de la capitale, figure, au 131 rue Pelleport, une construction tout à fait insolite, que l’on doit à l’architecte Frédéric Borel (auréolé du Grand Prix national d’architecture en 2010). Sorti de terre en 1999, cet édifice de béton et de verre aux volumes éclatés a des allures de sculpture cubiste monumentale ! Il abrite aujourd’hui dix logements sociaux.

Arrow

Immeuble Frédéric Borel

131 rue Pelleport, 75020 Paris

3. La Tour Jean-Sans-Peur, vestige du Paris médiéval

Façade et voûte de la tour Jean-Sans-Peur

Façade et voûte de la tour Jean-Sans-Peur

i

© Bertand Gardel / Bertrand Rieger / hémis

De l’ancien palais des ducs de Bourgogne érigé au XIIIe siècle, il ne reste que cette tour Jean-Sans-Peur, qui se dressait autrefois sur des remparts du Paris moyenâgeux. Tombé en désuétude après le XVIe siècle, l’édifice s’est transformé au fil des siècles en lieu de théâtre, en repaire de brigands et en appartements, avant d’être racheté par la Ville de Paris en 1874 puis, une décennie plus tard, classé aux Monuments historiques. Du haut de ses 27 mètres, elle domine aujourd’hui la rue Étienne Marcel et abrite un musée dédié à la vie au Moyen Âge. Comble du luxe pour l’époque, l’endroit était doté de latrines avec un conduit d’évacuation inséré dans les murs, et même d’un système de chauffage dont subsistent encore les vestiges. Le lieu se fait aussi l’écrin d’un chef-d’œuvre du XVe siècle : un escalier d’apparat surmonté d’une superbe voute sculptée de motifs végétaux d’une admirable finesse, qui vaut à elle seule la visite !

4. L’église Saint-Jean-Bosco, un joyau Art déco

Nef de l’église Saint-Jean-Bosco

Nef de l’église Saint-Jean-Bosco

i

© Bertrand Gardel / hémis

Impossible de la rater avec son haut clocher blanc, culminant, tel un phare, à 53 mètres ! Pourtant, l’église Saint-Jean-Bosco, construite en 1933 dans le quartier de Charonne (20e arrondissement), demeure méconnue des Parisiens… Elle vaut néanmoins le détour, tant son architecture fait figure d’exception dans le paysage alentour : cet édifice en béton armé couvert d’un enduis blanc immaculé est un véritable trésor Art déco. Inspiré de la fameuse église Notre-Dame du Raincy des frères Perret, il renferme un prodigieux décor mêlant peintures, statuaires, vitraux et surtout d’extraordinaires mosaïques dorées et colorées. Un tour de force artistique que l’on doit à l’architecte Démétrius Rotter.

Arrow

Église Saint-Jean-Bosco

79 rue Alexandre Dumas, 75020 Paris

5. Deyrolle, un fabuleux cabinet de curiosité

Intérieur de la boutique Deyrolle

Intérieur de la boutique Deyrolle

i

Grande référence dans le domaine de la taxidermie, Deyrolle a vu le jour il y a deux siècles. Bien plus qu’une boutique, l’enseigne abrite entre ses murs de la rue du Bac, où elle est installée depuis 1888, un merveilleux cabinet de curiosités peuplé d’une improbable faune naturalisée, d’insectes en tout genre, de crustacés ou encore de minéraux parfois très spectaculaires, comme des éclats de la planète Mars ! D’André Breton à Sophie Calle, plusieurs générations d’artistes se sont passionnés pour cette institution scientifique qui, depuis 2019, a aussi donné son nom à un prix décerné chaque année à un artiste de la Section naturaliste au Salon des Beaux-Arts.

6. Sur l’île de la Cité : la plus vieille horloge de Paris !

L’Horloge du Palais de la Cité,  sur la tour nord-est de la Conciergerie

L’Horloge du Palais de la Cité, sur la tour nord-est de la Conciergerie

i

© Hervé Hughes / hémis

De passage sur l’île de la Cité, un conseil : levez la tête. Car, sur la tour nord-est de la Conciergerie, se trouve la plus ancienne horloge de Paris ! Commandée par le roi Charles V à Henri de Vic en 1371, elle fonctionne depuis près de 650 ans. Maintes fois modifiée, sauvée de la destruction à la Révolution et restaurée, son aspect a depuis bien changé. Son cadran, en particulier, a été reconstruit en 1849, d’après des plans datant de 1686. Ce dernier est entouré de deux allégories figurant la loi et la justice et est surmonté d’un petit toit sur lequel figurent les initiales de Henri II et Catherine de Médicis, ainsi que celles de Henri IV et Marguerite de Valois – la reine Margot. Prêts pour un voyage dans le temps ?

Arrow

Tour de l’Horloge du Palais de la Cité

2 boulevard du Palais, 75001 Paris

7. L’Institut d’art et d’archéologie, à la croisée des influences

Façade de l’Institut d’art et d’archéologie

Façade de l’Institut d’art et d’archéologie

i

© Centre Michelet / Sorbonne Université et de Panthéon Sorbonne

Les étudiants en histoire de l’art connaissent bien cet édifice singulier, qui borde l’avenue de l’observatoire (6e arrondissement) et abrite l’Institut d’art et d’archéologie de l’université Panthéon-Sorbonne. Conçu par l’architecte normand Paul Bigot et achevé en 1927, l’édifice s’inscrit à contre-courant des tendances architecturales de son époque. Son étonnante façade en briques rouges surmontée de petits édicules évoque autant les architectures siennoise et vénitienne que mauresque ou sub-saharienne. On peut y admirer une frise archéologique en bas-relief réalisée par la manufacture de Sèvres, constituée de moulages en terre cuite de sculptures grecques, romaines, médiévales et Renaissance. Un savoureux mélange des genres !

8. L’église Notre-Dame-du-Travail, une symphonie de métal

Nef de l’église Notre-Dame-du-Travail

Nef de l’église Notre-Dame-du-Travail

i

© Bertrand Gardel / hémis

Depuis la rue Vercingétorix (14e arrondissement), son austère façade en pierre de style roman ne laisse en rien présager de la surprise qui vous saisit une fois à l’intérieur de l’église Notre-Dame-du-Travail. Dotée d’une grande armature métallique surmontée d’une charpente en poutrelles apparentes, elle témoigne des grands progrès architecturaux de la fin du XIXe siècle. Bâtie entre 1897 et 1902, cette église remarquable loue le travail des ouvriers, nombreux dans ce quartier autrefois populaire. Ces derniers pouvaient alors se recueillir dans un lieu à l’apparence familière, dont les décors, notamment dans les chapelles latérales, célèbrent les métiers ouvriers.

Arrow

Église Notre-Dame-du-Travail

59 rue Vercingétorix, 75014 Paris

9. Le Regard de la Lanterne, icône méconnue du patrimoine parisien

Le Regard de la Lanterne

Le Regard de la Lanterne

i

© Gilles Targat / Photo12 / Afp

Sans doute êtes-vous déjà passé à côté de ces architectures aux allures de maisonnettes pittoresques sans y prêter attention… Ce sont des regards : un petit édifice en pierre permettant d’accéder au réseau de canalisation de la capitale ! Autrefois nombreux le long du réseau des eaux de Belleville, il n’en subsiste aujourd’hui que quelques exemples à l’image du regard de la Lanterne, particulièrement original par sa forme ronde surmontée d’un lanternon. À l’intérieur, un escalier permet d’accéder au bassin. Classé aux monuments historiques, il ouvre parfois ses portes lors des Journées du patrimoine.

Arrow

Parc du Regard de la Lanterne

5 rue Augustin Thierry, 75019 Paris

10. L’immeuble cathédrale de la rue Réaumur

Immeuble cathédrale de la rue Réaumur

Immeuble cathédrale de la rue Réaumur

Si la rue Réaumur ne manque pas d’immeubles remarquables, l’un, en particulier, attire l’œil. À l’angle de la rue Saint-Denis se dresse une imposante bâtisse néo-gothique aux accents historicistes, sur la façade de laquelle figure un étonnant pastiche… de portail d’église médiévale ! On doit cet étonnant édifice aux architectes Édouard Singery et Philippe Jouannin et au sculpteur F.-A. Jacquier qui, profitant d’un concours architectural organisé au moment du percement de la rue, ont donné libre cours à leur imagination et leur fantaisie. Le décor somptueux comprend plusieurs éléments qui évoquent le thème du temps : une horloge monumentale, des allégories des quatre saisons ainsi que des représentations des signes du zodiaque. Grâce à une récente campagne de restauration menée en 2023, l’immeuble cathédrale de la rue Réaumur a retrouvé sa splendeur d’antan.

Arrow

Immeuble cathédrale de la rue Réaumur

61-63 rue Réaumur, 72002 Paris



Source link