Notre jardin secret.: Une saison au jardin: le massif Léontine


Le printemps arrive à grand pas et cette série d’article va bientôt se terminer.Il est bientôt temps de vous parler de la saison 2020. Mais avant ça, je vous emmène pour “Une saison au jardin” du côté du massif Léontine.

Janvier 2019

L’hiver bat son plein et la neige recouvre le jardin.

 Février 2019, les massifs sont nettoyés.

J’aime cette période où je regarde le jardin d’un autre oeil. Les massifs retrouvent leurs contours.

Un tapis d’hellebores s’est installé au centre du massif. Trois pieds ont été plantés au départ , qui ont donnés beaucoup de semis spontanés. J’aime laissé deci delà une pointe de spontaneité au jardin.

En février, Olivier crée une nouvelle barrière, qui trouve de suite sa place en bout de massif.

Les crocus pointent.

Mars 2019

Le prunus Kojo no mai sur tige fleurit pour la 1ère fois au jardin: il a été planté à la fin 2018 dans le massif

Dès son 1er printemps, c’est l’émerveillement!

Les narcisses commencent leur floraison

Berlioz et Biscotte apprécient le spectacle qui se joue dans le massif

Hellebore, narcisses et muscaris

Nous voilà en avril et le printemps bat son plein. Le verger d’en face prend un air de fête, les fruitiers sont en fleurs. Les feuillages se développent.

Et les bulbes continuent de fleurir le massif

 Le joli mois de Mai arrive et le jardin prend du volume.

C’est le mois des ancolies et le massif fait une part belle à ces sauvageonnes, qui se ressèment au gré du vent

Juin est le mois le plus fleuri de l’année, la vie foisonne au jardin. Les journées sont les plus longues de l’année.

Le rosier Rush de Lens est un des plus beaux du jardin. En bout de massif, on ne voit que lui.
Sa floraison est spectaculaire.

Son pied est habillépar des aulx d’ornement.

Une pivoine fleurit à son pied, la pivoine Nippon beauty

Colette de Meilland fleurit dans le tuteur

Le rosier tige Leontine Gervais, à l’arrière, fleurit moyennement en 2019: sa taille a été sévère l’an passé.

Lady of megginch, un beau rosier anglais de David Austin, vient apporter du pep’s au massif

Juillet et sa chaleur écrasante arrive

Rush ne démérite pas et fleurit depuis des semaines. A son pied, l’ail sphaerocephalon a remplacé l’ail d’ornement, dont les têtes séchées viendront décorer ce coin pendant des mois.

Les tonalités de Rush se sont adoucies

Les phloxs prennent le relais dans le massif

Aout 2019, l’été est sec et ça se voit.

Mais les vivaces sont généreuses: phloxs, veronicastrum, echinaceas

Phloxs et persicaria

Dahlia, phlox et persicaria

La canicule sévit toujours en septembre.

Les phloxs fujihama résiste à la sécheresse

Les pennisetums s’élancent

et les asters arrivent enfin, à la fin septembre mais beaucoup ont du être rasés, complètement grillés

Octobre redonne un peu d’espoir, il pleut enfin et les asters s’épanouissent

Des asters dumosus ont été installés en bordure

Novembre et ses 1ères gelées

Décembre 2019, la saison se termine



Source link

Lire aussi article :  10 bonnes nouvelles que nous annonce (malgré tout) 2021