Motorisation alternative – Les énergies alternatives au secours d’un avenir plus « vert »


Face aux limites et aux coûts du tout pétrole, les principaux tractoristes se penchent de plus en plus vers des énergies alternatives. Après la présentation du tracteur électrique e-100 en 2017, Fendt se tourne maintenant vers l’hydrogène pour ses tracteurs à plus forte puissance. C’est aussi le cas de JCB et New Holland, qui ont choisi pour leur part l’hydrogène et le méthane.

La réduction des émissions de CO2 est l’un des principaux défis de l’avenir, y compris pour l’agriculture. Dans un précédent article Terre-net, la FNEDT (fédération nationale des entrepreneurs de territoire) encourageait à « se libérer » des produits pétroliers pour se tourner vers des énergies alternatives issues de l’agriculture comme le gaz ou l’hydrogène.

Depuis plusieurs années, Fendt investit dans la recherche sur les technologies de propulsion alternatives. Le constructeur a auparavant développé un tracteur de faible puissance à motorisation électrique : le Fendt e100 Vario, entièrement électrique grâce à des batteries. Pour les tracteurs de forte puissance, Fendt étudie à présent le potentiel des tracteurs fonctionnant à l’hydrogène dans un projet pilote nommé H2Agrar.

Une production alimentaire plus verte grâce à l’hydrogène

Dans le cadre de ce projet agricole pilote, plusieurs prototypes de tracteurs de la marque bavaroise fonctionnant à l’hydrogène et équipés d’une pile à combustible sont utilisés pour la première fois dans des exploitations agricoles. L’objectif de ce projet est de rechercher et de développer une infrastructure pour l’hydrogène destiné à l’agriculture dans la région modèle de l’Emsland (région d’Allemagne, frontalière avec les Pays-Bas).

Ce projet de recherche a également pour but d’analyser le potentiel de performance de l’hydrogène pour les machines agricoles. De ce fait, les prototypes précédemment cités seront utilisés dans des conditions réelles pour toute la durée du projet sur deux exploitations agricoles tests. Ce projet doit également permettre de déterminer la consommation en hydrogène des tracteurs.

Lire aussi article :  Phoenix iOS disponible sur le mainnet

Parallèlement, des recherches sont menées sur les exigences techniques posées par une infrastructure dédiée à l’hydrogène adaptée à l’agriculture. Ces connaissances constituent la base d’autres recherches visant à réduire les émissions de CO2 des machines agricoles.

L’hydrogène vert est produit à l’aide d’une énergie provenant d’un parc éolien citoyen ainsi que d’installations de biogaz. Il est alors censé être utilisé dans le transport routier ainsi que pour l’agriculture. Dans cet objectif, une infrastructure est mise en place pour le projet, comprenant ses propres parcs de stations-service pour les carburants alternatifs tels que l’hydrogène, mais aussi des bornes de recharge électrique.

Arrivée sur le marché imminente pour les motorisations alternatives de JCB et New Holland

Fendt n’est pas le seul constructeur à envisager les énergies alternatives pour ses machines. JCB et New Holland s’intéressent également à la question.

JCB a présenté sa gamme de machines à hydrogène lors de la COP 26 fin 2021 à Glasgow. Le projet de développement de moteurs à hydrogène représente un investissement de 100 millions de livres sterling pour la marque. 150 ingénieurs sont affiliés au développement du projet, avec pour objectif de commercialiser les premières machines fin 2022.

New Holland s’intéresse quant à lui au méthane pour ses tracteurs. Le T6 Methane Power n’est désormais plus un concept ; les premiers exemplaires sont passés sur les chaînes d’assemblage dès 2021. A la sortie du pot d’échappement, 99 % d’émission de particules en moins, soit moins 10 % d’émission de CO2 si le tracteur est ravitaillé à partir de gaz d’origine fossile. Question autonomie, les réservoirs de gaz sont installés au même endroit que les modèles à GNR. En outre, les ingénieurs de la marque ont travaillé pour améliorer le stockage du gaz sous la cabine et pour ceux qui souhaitent aller plus loin, un réservoir supplémentaire peut être attelé sur le relevage avant du tracteur.

Lire aussi article :  Crédit d’impôt formation - Être aidé pour pouvoir se former



Source link