Lou Albert-Lasard, artiste dans l’ombre de Rainer Maria Rilke


Lou Albert-Lasard est née en 1885 à Metz, alors sous domination allemande, dans une famille juive aisée qui l’encourage à poursuivre ses études artistiques à Munich. Malgré les réticences de sa famille, elle épouse un chimiste de 30 ans son aîné avec qui elle a eu une fille, Ingo. Peu épanouie dans son mariage et la maternité, elle part pour Paris où elle suit les cours de Fernand Léger. Elle évolue au sein de la bohème de Montmartre et de Montparnasse, et côtoie Piet Mondrian, Marc Chagall, Robert Delaunay

De 1914 à 1916, elle partage la vie de Rainer Maria Rilke. Ce dernier lui présente ses amis artistes, Oskar Kokoschka, Paul Klee… Après sa séparation avec le poète, elle gravite autour du Novembergruppe (« groupe de novembre ») à Berlin et participe à des expositions. En 1925, elle publie un recueil de lithographies inspirées du milieu du spectacle à Montmartre. Ingo la rejoint et elles ne se quittent plus. Mère et fille déménagent à Paris mais ont la bougeotte : elles entreprennent des voyages en Europe, mais aussi en Asie ou en Inde, où l’artiste réalise un portrait de Gandhi !

Portrait de Lou Albert-Lasard vers 1916

Portrait de Lou Albert-Lasard vers 1916

i

La Seconde Guerre mondiale vient bouleverser la vie de Lou Albert-Lasard et de sa fille. En tant que juives allemandes, elles sont internées au camp de Gurs, où l’artiste réalise de nombreux dessins documentant les conditions de vie des prisonnières ; elle sont finalement libérées en 1940. Une fois la paix revenue, elles reviennent à Paris, où Lou poursuit ses activités artistiques malgré ses problèmes de santé : elle expose, publie ses souvenirs avec Rilke… Elle s’éteint en 1969 dans son domicile du boulevard Raspail.

Lire aussi article :  Les toiles spectrales de Marc Desgrandchamps en majesté au musée des Beaux-Arts de Dijon

Son œuvre

Lou Albert-Lasard, Femme et chameaux

Lou Albert-Lasard, Femme et chameaux, sans date

i

Aquarelle, plume et encre sur papier • 40,5 × 53,7 cm • Coll. musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg • © Musées de Strasbourg, M. Bertola

Si Lou Albert-Lasard s’est d’abord formée auprès de professeurs se réclamant du néo-classicisme à Munich, elle s’est très vite rapprochée des avant-gardes. Elle assiste à l’éclosion de l’expressionnisme allemand, courant auquel elle emprunte sa palette vive et ses formes nettes. Elle s’attache alors surtout à représenter des scènes de vie dans le Berlin ou le Paris des années 1920. Si l’artiste a évolué au sein de nombreux cercles d’avant-garde, elle cultive un style singulier entre figuration et abstraction. Elle porte une grande importance à la figure humaine et réalise les portraits de ses amis artistes comme de prostituées. Ses nombreux voyages lui inspirent de superbes aquarelles aux couleurs flamboyantes. Créatrice infatigable, Lou Albert-Lasard a aussi écrit, réalisé des lithographies, des huiles et même des bas-reliefs.

Où la voir ?

La grande majorité de l’œuvre de Lou Albert-Lasard – soit 2 000 dessins, peintures ou encore estampes – est conservée au musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg.

Arrow

Musée d’Art moderne et contemporain – Strasbourg



Source link