L’entrepreneuriat se décline au féminin pluriel


À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2024, le Service d’information du Gouvernement est allé à la rencontre de cheffes d’entreprise, observatrices du monde du travail et incubatrices, afin de découvrir leur vision, leurs expériences et leurs conseils.
Une mobilisation qui a mis en valeur les actions gouvernementales en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes sur les plans professionnel, économique et social. 

Cette ambition est la Grande cause du quinquennat. « Toutes et tous égaux » s’articule autour de quatre temps forts : 

  • l’égalité professionnelle et économique,
  • la santé des femmes,
  • la culture de l’égalité,
  •  l’action contre les violences faites aux femmes.

L’objectif : permettre à toujours plus de femmes de prendre leur place dans tous les secteurs de l’économie et, plus largement, dans la société.  

Promouvoir des parcours individuels pour déconstruire les stéréotypes, c’est l’ambition du projet 101 cheffes d’entreprises. Issues de 101 départements, les lauréates d’un concours national, organisé par Bpifrance, ont été reçues à l’Hôtel de Matignon par le Premier ministre, Gabriel Attal, pour partager leur vision, leurs expériences et leurs conseils.

50 lettres aux entrepreneuses

50 entrepreneuses ont accepté de raconter, à la première personne et sans fard, ce que signifie « entreprendre au féminin » pour inciter les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat. Des récits témoignant de la diversité des opportunités d’entreprendre pour les femmes malgré les obstacles.

Entreprendre au féminin

50 lettres d’entrepreneuses pour oser se lancer.

Lire les lettres

Prise en main du compte LinkedIn du Gouvernement

Marie Eloy, entrepreneuse et dirigeante de réseaux, a pris la main sur le compte LinkedIn du Gouvernement pour souligner comment l’égalité femmes-hommes dans l’économie est l’une des solutions majeures pour faire face aux défis qui pèsent sur l’humanité et l’environnement.

Dialogue entre générations

Mamie, c’était comment d’être une femme en 1925 ?

Plus de 78 ans séparent ces deux duos de grands-mères et petites-filles.

Sexisme, avortement… Ce qui est acquis aujourd’hui pour la nouvelle génération ne l’a pas toujours été pour nos grands-mères.

Des partenariat médias avec Les Échos-Le Parisien

Les Échos Week-end ont publié un dossier spécial « L’entrepreneuriat se conjugue au féminin pluriel ».

Et toujours, sur gouvernement.frdes entretiens avec des expertes et entrepreneuses sur les femmes dans la Tech, l’évolution du management et le pouvoir du collectif, et les pages spéciales sur la Grande cause du quinquennat « Toutes et tous égaux ».



Source link