Du grand Dalí dans une petite galerie


En galerie, les expositions consacrées à Salvador Dalí sont rares. C’est dire si l’accrochage que présente Mayoral, galerie barcelonaise installée à Paris en 2019, est précieux. D’autant plus intéressant qu’il résume en six œuvres exceptionnelles la palette de l’artiste le plus génialement « fou » que le XXe siècle ait porté. Visionnaire, Dalí a peint, il a dessiné bien sûr, il a sculpté… mais il s’est aussi mis en scène toute sa vie – en témoigne à l’expo un petit film projetant quelques-uns de ses multiples happenings : Dalí fait le pitre, un jour où il se promène à la foire de Paris, avec un pain de douze mètres de long… Une grande photographie nous le montre aussi avec une barretina, ce couvre-chef typiquement catalan, sur la tête en baignade au cap de Creus [ill. ci-dessus].

La Catalogne au cœur de l’accrochage

Cette mer, cette terre, celle qui va de Cadaqués à la plaine de l’Empordà, c’est là que tout a commencé pour le natif de Figueras. Jamais ce paysage ne le quitte dans son inspiration. Un ancrage local sur lequel insiste l’exposition « Ultralocal/Ultraglobal » car, à juste titre, s’invitent partout dans l’œuvre de Dalí le souvenir des côtes catalanes, les roches du cap de Creus, les bateaux de Port Lligat, où il s’installera avec Gala dans une baraque de pêcheur devenue mythique. Il flotte dans l’air le doux parfum des immortelles qui poussent au cap de Creus, en particulier sur une rare huile sur cuivre de la fin des années 1960 que la galerie Mayoral donne à admirer.

Lire aussi article :  pour contourner les barrages, les médicaments arrivent en bateau
Salvador Dalí, Objet Scatologique à fonctionnement Symbolique (Le Soulier De Gala)

Salvador Dalí, Objet Scatologique à fonctionnement Symbolique (Le Soulier De Gala), 1931

i

Photo : Noalig Tanguy © Galerie Mayoral, Paris

Citoyen du monde, Dalí a eu beau passer ses hivers à New York pendant quarante ans ou encore collaborer avec Walt Disney – tel que le rappelle un dessin pour le projet de court-métrage Destino présenté ici –, l’artiste voyait toutefois la gare de Perpignan comme « le centre du monde » ! Dans cette histoire, Paris tient aussi la vedette puisque c’est dans la capitale des arts que le Catalan rejoint le mouvement des surréalistes au tournant des années 1930, avant de se brouiller avec André Breton. Une époque incarnée dans la petite expo de la galerie Mayoral par Objet scatologique à fonctionnement symbolique (Le Soulier de Gala) [ill. ci-dessus], assemblage des plus mystérieux fait d’un escarpin rouge de son épouse, d’un verre de lait, du sucre, d’une boîte d’allumettes, de poils pubiens et, au creux de la chaussure, ce présent scatologique… Réminiscence de l’enfant Dalí qui « s’amusait » à déféquer dans les souliers de ses parents, notables de Figueras ? On vous laissera à votre interprétation !

Arrow

Dalí. Ultralocal / Ultraglobal

Du 29 mars 2023 au 28 mai 2023

galeriamayoral.com



Source link