Coopérative laitière – Sodiaal : « On croit en l’avenir du lait et on met toute notre énergie dedans »


Sodiaal organisait ce jour sa conférence de presse annuelle pour présenter ses résultats financiers et sa feuille de route pour 2030. Damien Lacombe, président de la coopérative, réaffirme l’engagement de Sodiaal pour le maintien du cheptel laitier français.

« 2022 a été une année atypique pour l’ensemble de la filière laitière », se remémore Damien Lacombe, président de Sodiaal, à l’occasion d’une conférence de presse tenue ce mardi 20 juin 2023. « L’inflation a touché nos éleveurs, mais aussi nos outils de transformation. Sodiaal a toujours défendu la valeur du lait afin d’amener des hausses sur les produits en GMS ce qui a permis d’augmenter le prix aux producteurs. »

Le prix du lait moyen Sodiaal a ainsi grimpé de 68 €/1 000 l sur un an pour s’élever à 447 €/1 000 1 toutes primes et lait segmenté, la hausse ayant été plus importante sur le lait conventionnel (+ 74 €/1 000 1 pour un prix moyen de 414 €/1 000 1 à 38/32). « Grâce aux hausses de prix des produits, nous avons pu redistribuer 11 millions d’euros aux adhérents, confirme le président. L’équilibre économique de la coopérative a ainsi pu être maintenu sur 2022. »

Maintenant, l’objectif sur 2023 est d’attribuer un prix supérieur à 480 €/1 000 l toutes primes et laits segmentés (450 €/1 000 l pour le lait conventionnel 38/32), « et cela sans oublier les exceptions laitières que sont le bio et les AOP ».

Un positionnement pour 2023

« L’élevage a fait la une de l’actualité ces derniers temps, inutile de rappeler les recommandations de la Cour des comptes par exemple. Sodiaal est au cœur de la filière laitière. Nous croyons en l’avenir du lait et nous allons mettre toute notre énergie pour le faire perdurer. »

Lire aussi article :  Marché foncier - Quelles évolutions du prix du foncier en Centre-Val de Loire en 2021 ?

Le président se veut ferme : « Il y a du positif qui revient dans la filière laitière, il ne faut pas écouter toutes les sirènes qu’on entend à droite et à gauche. Nous progressons et nous avons aujourd’hui besoin d’aller plus loin dans la valeur des produits pour financer les transitions nécessaires tout en rémunérant le lait si l’on veut conserver une production dynamique. »

Notre objectif : maintenir le cheptel laitier français.

Sodiaal cette année c’est : 4,3 milliards de lait collectés sur plus de 9 000 points de collecte (16 055 éleveurs au total avec une moyenne de 445 592 litres par exploitation). La coopérative tient à son modèle « solidaire et durable » et sa feuille de route à long terme est claire : un partage de la valeur pour une rémunération des producteurs, un fort ancrage territorial (avec une collecte sur tout le territoire, notamment en zones de montagne et/ou isolées), et des engagements dans la transition pour plus de durabilité.

Climat et attractivité du métier : les enjeux de la coopérative

Damien Lacombe rappelle : « Deux principales menaces pèsent sur la filière laitière : le climat et l’attractivité du métier. Sodiaal en tient compte dans sa stratégie à horizon 2030. »

Sa trajectoire de décarbonation 2019-2030 vise – 30 % d’émissions de GES de l’amont à l’aval (collecte, usine et approvisionnement). Chez les producteurs, la coopérative ambitionne – 20 % d’émissions par litre de lait. « Forcément, cette transition est à financer : nous avons identifié une première enveloppe de 250 millions d’euros. »

Deuxième enjeu : le renouvellement des générations. Plusieurs initiatives sont d’ores et déjà mises en place, comme la « Sodiaal box » à destination des jeunes installés qui comprend : une aide financière (jusqu’à 10 000 €), l’attribution de volumes additionnels, et un suivi technique et humain.

Lire aussi article :  Gamekyo : Modern Warfare 2 : première bande-annonce



Source link