7 trésors du musée Capodimonte à admirer cet été au Louvre



Enivrez-vous (de chefs-d’œuvre) !

La scène est peu reluisante, pour ne pas dire obscène. Entouré d’un petit groupe de satyres hilares et d’un bestiaire hétéroclite (âne, tortue, coquillage…), Silène réclame à boire. Ivre, il est étendu de tout son long, appuyé sur un bras tandis que de l’autre il lève sa coupe, et offre au spectateur son ventre rebondi, placé en pleine lumière. Dans la partie inférieure gauche de la composition, le peintre a signé son nom sur un papier déchiré, en prenant soin de rappeler son appartenance à la prestigieuse Académie de Saint-Luc à Rome. Lorsqu’il revisite le thème récurrent de l’ivresse de Silène, Ribera, originaire de Valence en Espagne, est actif à Naples depuis dix ans. Dans un réalisme hérité de Caravage, poussé à l’extrême, il confère à son Silène une dimension caricaturale, voire grotesque, qui inspirera ses suiveurs parmi lesquels Luca Giordano dont il fut le maître.

huile sur toile • 185 x 229 cm • Coll. musée et Real Bosco de Capodimonte • © Avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture (MIC), du musée de Capodimonte et du Real Bosco di Capodimonte / Photo Luciano Romano



Source link

Lire aussi article :  Surfin'Bitcoin 2023 : Programme de la scène anglophone